Actualité Reportages

Air France – La Première – CDG/LAX – Airbus A380 (Août 2017)

Publié par Tyler Birth

Air France
AF66 – Airbus A380
Paris (CDG) / Los Angles (LAX)
Cabine La Première – Siège 3L
Mercredi 2 août 2017

___________________________

La ligne est très connue sur The Travelers Club puisque reportée a minima une fois par an, en cabine La Première. C’est aussi l’occasion pour nous de réactualiser nos informations sur le produit. Si l’aménagement cabine demeure inchangé à bord de l’Airbus A380 depuis l’intégration dans la flotte de ces appareils (pour l’heure, la compagnie tricolore n’a pas confirmé son souhait de rétrofiter ses supers jumbo), Air France apporte fréquemment de nombreuses modifications sur ses prestations.

L’expérience Air France La Première débute au salon qui demeure un véritable moment de plaisir pour les passagers qui le fréquente. L’offre de restauration est signée par le Chef étoilé Alain Ducasse et l’atmosphère du lounge est indéniablement agréable. Vous pouvez par ailleurs retrouver deux reportages sur ce salon d’exception avant et après travaux d’embellissement.

Nouveauté : Air France utilise désormais des Jaguar pour transporter ses passagers La Première du salon à l’avion !

À @parisaeroport, avec @airfrance, les passagers #LaPremière sont désormais déposés à l’appareil en @jaguar : c’est chic !

Une publication partagée par The Travelers Club (@zetravelersclub) le

Garée au pied du jetbridge, la berline dépose ses passagers. Il convient alors de monter par l’escalier de service pour rejoindre la passerelle.

L’embarquement se fait à la convenance du passager La Première. Nous rejoindrons Los Angeles depuis Paris à bord de l’Airbus A380 immatriculé F-HPJE.

La cabine est celle surnommée « P beige », première version du produit.

Je rejoins mon siège habituel : 3L.

Celui-ci me permet une vue d’ensemble sur la cabine La Première.

Un coussin est disposé sur l’assise du siège. Il porte les armes de la compagnie aérienne tricolore.

La télécommande avec les fonctionnalités du siège.

Un coffre profond est situé sous l’ottoman en face du siège : il permet aux clients d’y déposer des effets personnels. Par ailleurs, Air France y dépose la paire de pantoufle protégée par un blister et un plaid rouge La Première.

L’équipage propose aux clients une trousse de confort et un pyjama. La présentation du pyjama a évolué puisque désormais Air France le glisse dans une élégante pochette (depuis mai 2016).

Une boisson d’accueil est servie. La Chef de cabine, précisant que le champagne n’est pas encore assez frais, me proposera un verre d’eau gazeuse, selon mes goûts. Un mélange de noix et raisins secs est disposé sur une assiette. Il s’agit du même mélange qu’en cabine Business mais démuni de son emballage en carton.

Quelques minutes plus tard, une coupe fraiche me sera déposée.

Nous quittons Paris – Charles de Gaulle avec une heure de retard.

Pendant le roulage, les consignes de sécurité sont diffusées sur les IFE collectifs.

Safety video.

Devant l’Airbus A380 un Airbus A340 d’Air France, prochainement aux couleurs de Joon.

Alignement.

Décollage.

Avant le service du déjeuner, je profite de l’espace dédié entre la cabine La Première et les commodités pour enfiler le pyjama fourni par la compagnie aérienne.

La trousse de confort (ancienne version au mois d’août 2017) est disponible en deux coloris.

Créées en partenariat avec Carita, la trousse renferme un masque occultant, un stylo, un peigne, et 4 produits de soin Carita : crème pour le visage, crème pour les mains, crème contours des yeux, et baume à lèvres. Les kits dentaires sont disponibles dans les commodités.

L’IFE individuel est de petite taille et montre à quel point ce produit La Première est vieillissant. Il est de conception Thalès.

Son chargement est identique à celui des autres classes de voyage, avec une répartition en sous sections : cinéma, infos, TV, musique, jeux et loisirs, kids, géovision, …

La télécommande qui permet de contrôler l’IFE est située dans le vide poche latéral, à proximité du casque Bose, de la prise USB et de la prise internationale.

Le menu et la carte des boissons sont distribués.

Carte des vins.

L’été, Air France propose un vin rosé.

Un oshibori chaud est disposé sur une assiette.

Mise en bouche.

Quenelle de caviar et cocktail Air France La Première.

La présentation de la quenelle est perfectible.

Depuis l’été, Air France propose aux passagers de sa Première un cocktail signature, réalisé en collaboration avec le barman du Ritz, Colin Field.

Tout simplement excellent !

À bord, c’est le champagne La Grande Dame (2006) de Veuve Clicquot qui est servie.

Je diffère mon déjeuner le temps de profiter d’un film et d’un apéritif agréable !

Déjeuner.

La table est dressée.

Sont disposés : une assiette arborant la crevette ailée, une assiette avec deux beurres, une salière et un poivrier ainsi qu’une serviette contenant un jeu de couverts. À noter, les beurres sont présentés emballés.

La vaisselle est superbe.

Mon hôtesse viendra récupérer mon beurre quelques instants après le dressage de la table et me le rapportera démoulé quelques minutes après.

L’entrée.

Foie gras de canard aux zestes de citron vert.

La table avec les couverts déballés.

Les couverts sont élégamment siglés.

Salade composée.

J’ai laissé carte blanche à mon hôtesse. Le résultat est au rendez-vous puisque la salade est appétissante !

Le plat.

Veau mijoté à la verveine.

Il s’agit d’un plat signature du chef Michel Roth.

Correct, dans l’ensemble.

La sélection du Maître fromager est disposée sur un plateau avant d’être servi à la découpe.

Sur conseil de l’équipage, j’accompagne le fromage d’un verre de Pessac-Léognan.

Dessert.

Tartelette nougatine au chocolat au lait.

Le dessert est signé Lenôtre.

Fraises.

Le déjeuner se termine avec une vue imprenable !

Je profite d’une cabine à moitié pleine pour me reposer au 3F.

L’équipage y installera mon lit.

On retrouve un surmatelas Sofitel MyBed, un véritable oreiller, une couette épaisse et un plaid rouge.

L’oreiller et la couette arborent également la crevette ailée.

Une fois transformé en véritable lit plat, le siège offre une longueur de 2 mètres au passager afin de maximiser son confort à bord.

Après quelques heures de repos, la seconde prestation, à discrétion, est suggérée.

Au menu.

La table est de nouveau dressée.

Mozzarella buffala, antipasti de légumes et olives de Kalamata.

Lé géovision permet de suivre l’avancée du parcours tout en se restaurant.

Le plat chaud est servi en cassolette – très élégante.

Risotto aux girolles et son foie gras de canard poêlé, sauce au porto.

Fromage.

Fraises.

Après le repas, un oshibori chaud est apporté aux passagers.

Nous débutons notre descente afin de rejoindre Los Angeles.

Le vol aura duré une dizaine d’heures.

Arrivée à Los Angeles avec salutations de l’équipage ayant oeuvré en cabine La Première sur ce vol.

Les 6 passagers sont pris en charge par l’équipe au sol d’Air France à Los Angeles : une hôtesse par PNR. J’aurais le plaisir d’être accompagné par Thomas, nouveau staff de la compagnie aérienne en Californie.

Conclusion.

Un bon vol Air France dans sa globalité. 

La grande force de ce vol n’était autre qu’un équipage dynamique et proactif, attaché à faire plaisir aux passagers La Première.

Le salon La Première, les nouveautés au sol (arrivée des Jaguar notamment), les nouveautés à bord (nouveaux kits, nouvelle présentation du pyjama, cocktail, …) sont de véritables plus.

Néanmoins, le siège commence à dater, et la cabine, surannée, a définitivement fait son temps. Air France, si elle souhaite les conserver, doit impérativement procéder au retrofit de ses Airbus A380. Un produit aussi disparate ne doit plus se permettre de coexister avec les nouvelles cabines issues de la montée en gamme.

En effet, à l’horizon 2020, cette cabine aura 10 ans sur Airbus A380.

On espère un réveil tricolore rapide de ce côté là car le confort du super jumbo n’est quant à lui plus à démontrer ! 😉

Tyler.

 

 

 

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

1 Commentaire

Publier un Commentaire