Actualité Reportages

Faut-il sauver le produit Premium Economy d’Air France ?

Publié par Tyler Birth

Depuis 2009, Air France propose à ses passagers une classe de voyage intermédiaire, située entre la classe Economy et la Business, sur son réseau long courrier (l’offre Premium Economy a, pendant un temps, existé sur le moyen courrier également). La compagnie tricolore a fait évoluer au fil du temps son offre dans cette cabine de voyage (positivement parfois), sans pour autant parvenir à satisfaire pleinement ses clients. Aujourd’hui, c’est grâce au prix pratiqué – souvent très bon – qu’Air France séduit ses passagers malgré des efforts indéniables réalisés pour rendre attractive l’offre de cette cabine de voyage.

Premium Economy au sol.

Air France dispose d’une interface sur son site internet où les avantages au sol de l’offre Premium Economy sont répertoriés.

Les passagers bénéficient d’un accès au parcours SkyPriority.

Ainsi, l’enregistrement est facilité et l’embarquement se fait à la convenance du passager Premium Economy. Un bon point. En revanche, si le client est également membre Flying Blue Gold ou Platinum, le SkyPriority lui est dévolu statutairement.

Par ailleurs, les passagers Premium Economy non titulaires d’un statut Elite + au sein de l’alliance, ne disposent pas d’un accès aux salons. Du moins, pas gratuitement.

En effet, si les passagers désirent accéder aux salons pour s’y reposer ou s’y restaurer, ils devront s’acquitter du droit d’entrée.

En comparaison, d’autres compagnies offrent l’accès salon à leurs passagers Premium Economy, à l’instar d’Icelandair ou d’Air Austral par exemple.

La cabine.

Air France a souhaité proposer à ses passagers une cabine Premium Economy aux allures élégantes, pensée haut de gamme, qui se distingue véritablement de la cabine Economy.

La compagnie aérienne a donc fait le choix de séparer véritablement ses deux cabines (paroi et rideau) et surtout d’installer des sièges coques, jugés plus esthétiques que des recliners par les équipes de la compagnie aérienne. Aujourd’hui, seules Air France, Alitalia, ou encore Aeroflot proposent un siège de ce type en cabine Premium Economy. Et pour cause.

L’esthétisme rime ici avec inconfort puisque ce siège … ne s’incline tout simplement pas (l’inclinaison est de 123° sur le produit BEST et 130° sur le produit Dreamliner) ! 

Air France s’est pourtant attachée à améliorer son siège.

Ainsi, aujourd’hui, trois versions différentes ont vu le jour.

Sur les appareils équipés des cabines BEST, le confort des sièges a été amélioré aux dires de la compagnie tricolore. Les différences ne sont pas fondamentales, si ce n’est un rembourrage renforcé, un nouvel IFE et une têtière … d’une autre couleur. 

Par ailleurs, sur les Dreamliners (les derniers appareils a avoir intégré la flotte), Air France a souhaité conserver ce siège de type coque en lui apportant toutefois de nouvelles modifications.

Là où d’autres compagnies ont fait le choix d’installer des recliners à bord (Delta Air Lines, American Airlines, Vietnam Airlines, …) Air France s’est évertuée à conserver ce siège à la belle allure mais à l’inconfort vérifié.

Quel dommage ! 😉

Soupçon d’espoir (et de prise de conscience ?) cependant : les Airbus A350 seront équipés d’un produit Premium Economy avec des sièges de type recliners. Celui-ci devrait être produit par Recaro. Néanmoins, les 5 premiers appareils à intégrer la flotte seront dévolus à l’exploitation de Joon, filiale d’Air France.

Autant dire que sous le drapeau tricolore, l’inconfort demeure.

Les prestations.

Là encore, Air France déçoit.

Les prestations proposées à bord sont sensiblement identiques à celles proposées en classe Economy

Sur certains vols (les plus courts, à l’instar de Dubaï), les prestations sont même quasi identiques.

Seule l’entrée est promise « inspirée de la cabine Business », sur les vols éligibles.

On retrouve bien entendu chez Air France le savoureux plaisir de manger avec des couverts en plastique, dans des cassolettes en plastique lorsque d’autres compagnies font aussi le choix de proposer des couverts en métal en Premium Economy (sans oublier d’autres qui proposent à leurs passagers Economy des couverts en métal à l’instar d’Etihad, Qatar Airways, …).

Élément de différentiation : le verre en verre …

… mais pas tout le temps ! 😉

Pour mémoire, en commandant un menu à la carte, y compris en cabine Economy, les passagers obtiennent un verre en verre et des couverts en métal avec leur plateau.

Comme quoi, ça ne doit pas être si compliqué d’améliorer l’expérience passager, d’autant plus que les couverts en métal ont existé en Premium chez Air France (souvenez-vous de 2014 notamment) !

Le prix.

Sur ce point, Air France tire véritablement son épingle du jeu.

La compagnie aérienne propose souvent d’excellents tarifs, qui viennent s’opposer à ceux de la classe Affaires sur certaines destinations et à certaines périodes.

Il n’est pas rare de voyager en Premium Economy pour moins de 1 000 EUR en tarif promotionnel. 

Par ailleurs, Air France ne manque pas de promouvoir son offre Premium Economy avec des offres commerciales très attractives. Au départ de France, mais également au départ d’autres destinations comme l’Allemagne où celle-ci mène une politique agressive pour remplir sa cabine.

Et du côté de Flying Blue.

En revanche, c’est indéniablement le gain de miles qui vient faire toute la différence avec la cabine Economy.

Le premier programme de fidélité d’Europe offre actuellement 100% de la distance parcourue en miles pour ses tarifs promotionnels et 125% de la distance parcourue en miles pour ses tarifs les plus élevés. Pour mémoire, il s’agit d’un gain identique à, respectivement, l’Economy la plus élevée et la Business promotionnelle.

Reprenons l’exemple du Paris – Dubaï.

Pour « seulement » 705 EUR en tarif promotionnel et en étant membre Platinum, il est possible d’accumuler 13 016 miles, dont 6 508 miles sont dévolus à la qualification du statut. Une coquette somme.

Un membre Ivory en Premium Economy, tarif promotionnel, gagnerait quant à lui 6 508 miles.

Mais Flying Blue change et les passagers de la Premium Economy seront les plus touchés par ces évolutions.

Désormais, à compter du 1er avril 2018, Flying Blue passe au revenue-based ; un système qui permettra aux membres encartés de gagner des miles en fonction de la somme dépensée.

Pour les passagers qui sélectionnent le tarif le moins onéreux en Premium Economy, le gain en miles sera ridiculement bas.

Ainsi, le membre membre Platinum avec le même tarif mentionné ci-dessous gagnera 5 640 miles soit une perte sèche de 7 376 miles. Quant au membre Ivory, celui-ci gagnerait 2 820 miles là où il en gagnait 3 688 miles de plus !

L’opération n’est plus très rentable …

Conclusion.

Évoquer le sujet Premium Economy avec ceux qui le conçoivent chez Air France n’est pas la meilleure des idées. On y apprendra que le siège convient très bien aux clients, et que le produit répond parfaitement aux besoins des passagers.

De l’autre côté, échanger avec le personnel de bord sur ce même thème vous apprendra que nombreux sont les clients qui s’en plaignent, notamment sur le terrain du confort.

Qu’à cela ne tienne, nous avons voulu nous faire notre propre opinion : nous avons donc testé …

… et nous ne l’avons pas approuvé ! 😉

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire