Actualité Brève

La vraie route Kangourou prend enfin son envol avec Qantas !

Publié par Tyler Birth

Qantas annonce aujourd’hui les détails de la nouvelle et véritable « route kangourou » qui deviendra réalité d’ici l’an prochain.

C’est en 1947 que la compagnie australienne ouvrait la première route de ce nom, entre Sydney et Londres. Cette route était pour le moins indirecte et pas moins de sept stops intermédiaires étaient nécessaires.

Copyright © 1996-2017 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Copyright © 1996-2017 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Celle qui s’ouvre à partir du mois de mars 2018 ne suivra pas ce même itinéraire évidemment, et ce n’est plus la capitale économique de l’Australie qui sera reliée à celle du Royaume-Unis, mais Melbourne, la plus grande métropole du Sud-Est australien.

Le vol QF9 partira de Melbourne en vol transcontinental jusqu’à Perth, puis continuera jusqu’à Londres pour un vol de quelques 17 heures d’affilées.

Copyright © 1996-2017 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Copyright © 1996-2017 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Le trajet sera le même dans le sens retour. Pour ce faire, la compagnie opérera un Boeing 787-9, appareil qu’elle doit accueillir au sein de sa flotte à partir de la fin 2017.

new-dreamliner-landingpage

Si l’ouverture de ce vol, qui reliera enfin de manière directe et sans une quelconque forme d’escale l’Australie à l’Europe, est hautement symbolique, il n’en deviendra pas pour autant le vol le plus long du monde mais prendra tout de même la deuxième place de ce classement derrière le Doha-Auckland de Qatar Airways.

Il entrera ainsi dans le club très fermé des (deux seuls) vols commerciaux couvrant une distance de plus de 9 000 miles.

Qantas est une habituée des records puisque c’est bien la compagnie australienne qui avait opéré en 1989 le seul vol commercial non-stop de l’histoire entre Londres et Sydney en Boeing 747-400. Avant cela, elle avait notamment été la première compagnie à opérer un vol transpacifique, en Boeing 707 dès 1959.

Le Dreamliner : le choix logique.

Au fil des années, le Boeing 787 s’est avéré être comme l’avion idéal en terme de consommation de carburant, d’emport passagers, et longueur de vols opérables. C’est d’ailleurs assez logiquement qu’on le retrouve dans la flotte de compagnies comme United, Air New Zealand, Japan Airlines, ou encore Air Canada qui opèrent de longs vols transpacifiques.

Qantas en recevra quatre d’ici le milieu de l’année prochaine. Ces appareils seront basés à Melbourne et permettront d’opérer le vol QF9 d’une part, ainsi que le vol QF95 entre Melbourne et Los Angeles (6j/7). Des vols qui d’ailleurs seront parfaitement synchronisés pour permettre les meilleures connexions possibles entre les deux côtes du pays et l’Europe d’un côté ou l’Amérique de l’autre.

QF2

Changement de stratégie ?

En 2013, Qantas avait ouvert une nouvelle page de son histoire en décidant de se mettre à la marge de l’alliance oneworld pour travailler en étroite collaboration avec Emirates. Alors au bord de la faillite, la compagnie y trouvait là un compagnon de choix avec lequel elle pourrait renforcer ses revenus.

Seul point noir au tableau : la compagnie abandonnait tous ses hubs asiatiques et ses codeshares avec des compagnies comme Air France. Seule Emirates et seul Dubai-DXB pouvaient lui permettre d’opérer vers son unique destination européenne : Londres-Heathrow.

L’ouverture de ce vol direct est donc une bonne nouvelle pour Qantas qui retrouve un peu de liberté de mouvement. Elle réduit cependant ses capacités puisque le vol QF9 MEL-PER-LHR remplacera l’actuel vol passant par DXB.

QF1

Mais c’est Emirates qui intervient en soutient encore une fois puisqu’elle augmentera quant à elle ses capacités en passant du 777 à l’Airbus A380 pour l’un de ses trois vols quotidiens entre Dubaï et Perth.

Par ailleurs, l’A380 ainsi libéré pour Qantas lui permettra de repositionner cet avion sur des escales asiatiques d’où il avait presque disparu : Singapore et Hong-Kong.

En cabine.

Qantas promet un confort accru en cabine pour son Dreamliner, appelé à effectuer de très longues missions trans-océaniques.

  • En Economy

Le siège semble de haut niveau avec de nombreux accessoires intéressants comme la possibilité de fixer sa tablette numérique sur le siège de devant.

ECONOMY-CLASS-DETAIL

Toutefois, c’est bien une configuration en 3 – 3 – 3 que l’on retrouvera, un point logique mais décevant et qui n’est pas pleinement raccord, du moins en cabine Economy, avec les promesses d’amélioration de confort.

ECONOMY-CLASS-FRONT-1200x800-1200x800

  • En Premium Economy.

Ici, Qantas propose un siège qui semble être de très haute gamme !

PY-front-Iso-2-1200x800

De dos.

PY-Rear-Iso-2-1200x800

Il s’agit d’un recliner, c’est-à-dire qu’il offre la possibilité de réellement s’incliner vers l’arrière, permettant une position de repos optimale pour les 17 heures de vol.

PY-detail-front-1-1200x800

Cette coque encadrant le siège semble également permettre de garder un aspect privatif. Seule la question de l’espacement en longueur entre les sièges, qui semble étroit à la vue de ces images, reste peut-être problématique.

  • En Business.

Qantas proposera pour sa « Business Suite » un des sièges les plus qualitatifs du marché : le Vantage XL du constructeur Thompson.

BUSINESS-CLASS-REAR-1200x800-1200x800

Un siège que l’on retrouve déjà sous un forme un peu différente dans les Airbus A330 reconfigurés de la compagnie et qui semble rencontrer le succès escompté.

BUSINESS-CLASS-FRONT-1200x800-1200x800

Conclusion.

Les compagnies aériennes qui font le choix de révolutionner leurs produits et stratégies à l’occasion de l’arrivée d’un nouvel avion dans leur flotte font un choix gagnant. Cela permet d’améliorer l’expérience en vol de leurs passagers tout en leur offrant de nouvelles perspectives et de nouvelles solutions de voyage.

Pour Qantas, la seule difficulté qu’il restera à surmonter pour le voyageur fréquent qui souhaite découvrir ce futur Dreamliner en dépensant ses miles British Airways ou Alaska Airlines restera celle de trouver de la disponibilité : une mission quasiment impossible

QF3

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

1 Commentaire

Publier un Commentaire