Le salon La Première est incontestablement ce qu’Air France a de meilleur à offrir au sol à Charles de Gaulle. Nous avons plusieurs fois eu l’occasion de vous présenter cette véritable bulle de plaisir située en plein coeur de l’aéroport parisien. Il faut dire que l’offre y est pour le moins alléchante : un restaurant dont la carte est signée par le célèbre chef Alain Ducasse, un SPA estampillé Biologique Recherche, un personnel affable et compétent. Les passagers de Première classe disposent ainsi d’un lieu accueillant, en tout point conforme avec les attentes que l’on peut avoir vis à vis d’un tel voyage en First.

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Conditions d’accès.

Outre les passagers La Première, certains voyageurs sont devenus, au fil du temps, éligibles à cet écrin. En effet, en voyageant en cabine Business sur un appareil Air France non équipé de la Première classe, les passagers Affaires pouvaient jusqu’à présent, et moyennant finance, acheter un accès au salon First de Charles de Gaulle. Pendant longtemps, cet accès était ainsi facturé 300 EUR ou 45 000 miles Flying Blue.

En décembre 2017, Air France avait restreint les conditions d’accès à ce salon pour ces passagers payants. Ainsi, seuls les clients disposant d’un billet émis par Air France, voyageant sur les lignes de la compagnie aérienne et ayant déjà voyagé à deux reprises (durant les 12 derniers mois) en cabine La Première pouvaient accéder à ce salon en payant. Cette restriction devait avoir pour effet de limiter le nombre d’option salon vendues.

Il faut dire que le salon n’est pas très grand. Afin de conserver l’esprit d’exception de ce salon, il était nécessaire de réduire considérablement sa fréquentation non légitime.

Mais voilà, Anne Rigail et Benjamin Smith ont récemment été à l’initiative de la création d’un nouveau statut VIP : Hippocampe. Pour l’heure, il n’est pas question de remplacer le statut Club 2000. Il est surtout venu différencier les grands voyageurs (déjà affublé de l’étiquette Ultimate) des simples ambassadeurs de la compagnie (qui, quant à eux, sont titulaires du statut Club 2000). Il faut dire que ces deux typologies de clients ne bénéficient que d’avantages plutôt sommaires. L’un des avantages majeurs d’Hippocampe n’est autre que l’accès au salon La Première. Même si les clients retenus pour détenir ce statut sont peu nombreux et ont été sélectionnés par le Président directeur général du groupe franco-néerlandais et la patronne tricolore, il devient alors essentiel de limiter l’accès à ce salon.

Ainsi, afin de limiter une fois encore les ventes de cet accès, le tarif a été relevé à 500 EUR ou 75 000 miles Flying Blue. Les autres conditions demeurent en vigueur. Un tarif censé dissuader les moins valeureux clients et permettre de faire de la place dans ce salon intimiste.

N’oublions pas cependant qu’avec le retrait, certes progressif, des Airbus A380, la capacité d’accueil du salon n’en sera qu’améliorée. Avec déjà un appareil retiré, ce sont au maximum 9 passagers La Première en moins qui visitent quotidiennement ce salon. Tant qu’Air France n’augmentera pas son offre de Première classe, au terme du retrait des Super Jumbo, ce seront jusqu’à 90 clients par jour qui déserteront le salon First. Pourquoi ainsi relever le tarif si l’effet est de dissuader les passagers d’acquérir l’option payante ?

Conclusion.

Impossible de blâmer Air France dans sa volonté de conserver le caractère exclusif de son salon de Première classe.

Si les clients Ultimate attendaient certainement cet avantage, la compagnie aérienne a jugé bon de créer un nouveau statut VIP afin de conférer aux titulaires de ce dernier cet accès. Il faut dire que le nombre de clients Ultimate ou Club 2000 dépasse assurément la capacité journalière d’accueil du salon First.

Nous avons déjà donné notre avis sur la quantité de statuts exclusifs d’Air France. Dont acte.

La vraie question qui se pose est celle du rapport qualité prix. Une dépense de 500 EUR (nous ne parlerons pas du montant demandé en miles, cela fait bien longtemps que nous savons que le programme de fidélité émet parfois des tarifs délirants) est-elle à considérer pour pouvoir profiter du salon La Première à Charles de Gaulle avant un vol ?

Difficilement justifiable.

Et vous, que pensez-vous de cette augmentation tarifaire ? 

Tyler.

x
BoardingArea