Actualité Brève

BBJ 747-8i à saisir : la famille royale qatarie s’en sépare gratuitement (acte II) !

Publié par Tyler Birth

Cet été, la famille royale qatarie a mis en vente (à la suite du décès de son ancien propriétaire) un des deux BBJ 747-8i de sa flotte. Évalué au prix catalogue à 400 millions de dollars, celui-ci se devait de trouver un acquéreur aux poches bien pleines mais également aux goûts pour le moins très affirmés. Pour mémoire, la flotte Amiri du Qatar compte actuellement, outre ces deux Boeing 747-8i plutôt récents, 3 Airbus A340 et 2 Airbus A330, sans oublier plusieurs monocouloirs (Airbus A319 et A320).

C’est l’avion immatriculé VQ-BSK qui avait été mis à la vente selon le site internet AvBuyer, en charge à l’époque de la négociation ! Pour mémoire, l’appareil a été livré par Boeing Business Jet en décembre 2012, et l’intérieur a été achevé en décembre 2014 (soit deux ans après sa livraison) pour une mise en service finalement en janvier 2015.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet avion n’a pas été usé par les vols.

En effet, il n’affiche que 436 heures de vol au compteur pour seulement 200 cycles !

Par ailleurs, si l’appareil en version commerciale, avec 3 classes de voyage à bord, peut accueillir plus de 400 passagers, cet avion VIP a été prévu pour pouvoir accueillir à son bord 94 passagers au total :

  • 76 passagers
  • 18 membres d’équipage 

À l’intérieur, le style demeure pour le moins suranné.

Finalement, cet appareil ne sera pas vendu.

La famille royale qatarie a décidé d’offrir (oui, offrir) son BBJ 747-8i à la Turquie et à son Président Recep Tayyip Erdoğan.

L’avion s’est posé mercredi 12 septembre 2018, à Istanbul.

Il rejoint les 11 appareils que compte la flotte gouvernementale. Jusqu’à présent, l’appareil le plus imposant de la flotte n’était autre qu’un Airbus A340.

Si l’avion a été offert par le Qatar à la Turquie, celui-ci n’en demeure pas moins onéreux à exploiter. L’opposition s’est faite entendre, taclant le gouvernement d’Erdoğan.

« Le Palais présidentiel appelle la population turque à épargner presque quotidiennement. Mais les mêmes personnes qui demandent des mesures d’économies ne parviennent pas eux-même à renoncer au luxe et à l’ostentation. »

Quoi qu’il en soit, la Turquie entretien des relations étroites avec le Qatar, notamment depuis l’isolement imposé au pays. De plus, la compagnie à l’oryx dessert de nombreuses villes Turques depuis sont hub de Doha.

Ainsi, Qatar Airways propose à ses clients :

  • deux liaisons quotidiennes entre Doha et l’aéroport international Sabiha-Gökçen d’Istanbul 
  • dix liaisons hebdomadaires entre Doha et l’aéroport Atatürk d’Istanbul
  • trois liaisons hebdomadaires entre Doha et l’aéroport international d’Adana-Sakirpasa
  • un vol quotidien entre Doha et l’aéroport international Esenboğa d’Ankara
  • trois liaisons hebdomadaires entre Doha et l’aéroport d’Antioche

Et depuis juin 2018, Qatar Airways a également inauguré deux nouvelles destinations en Turquie :

  • Antalya
  • Bodrum

Des liens étroits, nous disions, qui finalement méritent bien un cadeau de 400 millions de dollars ! 😉

Tyler.

(HT : OMAAT)

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire

x