Actualité Programme de fidélité

Exclusivité : le « Miles & Cash » de Flying Blue en détail !

Publié par Tyler Birth

Mi-mars, nous vous présentions le nouveau barème de dépense des miles Flying Blue effectif à compter du 1er juin 2018. Point de réelle révolution si ce n’est que le premier programme de fidélité européen a décidé d’abandonner la tarification de ses billets prime par zone géographique et lui substituer un barème établi en fonction de la distance, du point de départ et de la destination. Flying Blue avait assuré de ne pas faire varier trop intensément le prix de ses primes : promesse tenue. Pour mémoire, à partir du 1er juin 2018, tous les sièges à bord des avions Air France, KLM, HOP!, Joon et Transavia sont disponibles jusqu’à la dernière place commercialisée.

Outre ces nouveautés tarifaires, nous vous annoncions l’arrivée prochaine de la nouvelle option « Miles & Cash » : la possibilité de payer son voyage en miles mais également partiellement en monnaie sonnante et trébuchante (afin de diminuer le montant exigé en miles pour le billet prime). Flying Blue n’avait pas communiqué sur les détails de cette option en mars si ce n’est le montant de la variable monétaire qui ne pourrait excéder 25% de la quantité de miles demandée !

C’est désormais chose faite ! Avant l’entrée en vigueur de l’option et plus généralement du nouveau barème de dépense de Flying Blue, nous avons pu obtenir de la part du programme de fidélité des informations exclusives sur le fonctionnement de « Miles & Cash ».

Le fonctionnement est assez simple. Les membres encartés au programme Flying Blue disposeront de trois possibilités pour régler leur billet prime :

  • Un billet prime à ne payer qu’avec des miles
  • Un billet prime dont 12,5% du montant en miles peut être payé en monnaie
  • Un billet prime dont 25% du montant en miles peut être payé en monnaie

Flying Blue se base donc sur le tarif en miles pour appliquer la décote de 12,5% et de 25%.

Les exemples.

Les exemples proposés ci-dessous sont calculés en fonction du montant « à partir de » en miles.

  • Moyen-courrier, classe Economy

Un ParisRome sera proposé à partir de 7 500 miles aller – simple, dès le 1er juin 2018. Le passager encarté aura la possibilité de :

  • soit s’acquitter de 7 500 miles (ainsi que les taxes et surcharges) pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 6 550 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 9,50 EUR en cash pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 5 650 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 18,50 EUR en cash pour obtenir sa prime

Dans le premier cas, le passager règle l’intégralité de son billet prime en miles. Dans le deuxième cas, il règle 12,5% de son billet prime en cash (soit 6 550 miles selon Flying Blue – mais 6 562 selon ma calculatrice) en dépensant 9,50 EUR. Dans le troisième cas, il règle 25% de son billet prime en cash (soit 5 650 miles – mais 5 625 selon ma calculatrice) en dépensant 18,50 EUR.

  • Dans le deuxième cas, l’opération revient à acheter 950 miles au tarif de 9,50 EUR
  • Dans le troisième cas, l’opération revient à acheter 1 850 miles au tarif de 18,50 EUR

Le calcul est simple, le CPM (coût par miles) s’élève ainsi à 1 centime d’euro dans les deux cas de figure.

L’opération est bien plus rentable que l’achat de miles chez Flying Blue.

En effet, les membres ont la possibilité d’acquérir des miles par tranche de 2 000. Acheter 2 000 miles coûtera 55 EUR au passager encarté.

Dans ce cas précis, le CPM s’élève à 2,75 centimes d’euro.

  • Au CPM du « Miles & Cash », 2 000 miles seraient facturés 20 EUR
  • Au CPM de l’achat de miles, 2 000 miles sont facturés 55 EUR
  • Long-courrier, classe Economy

Un ParisNew York sera proposé à partir de 22 000 miles aller – simple, dès le 1er juin 2018. Le passager encarté aura la possibilité de :

  • soit s’acquitter de 22 000 miles (ainsi que les taxes et surcharges) pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 19 300 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 27 EUR en cash pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 16 500 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 55 EUR en cash pour obtenir sa prime

Dans le premier cas, le passager règle l’intégralité de son billet prime en miles. Dans le deuxième cas, il règle 12,5% de son billet prime en cash (soit 19 300 miles selon Flying Blue – mais 19 250 selon ma calculatrice) en dépensant 27 EUR. Dans le troisième cas, il règle 25% de son billet prime en cash (soit 16 500 miles) en dépensant 55 EUR.

  • Dans le deuxième cas, l’opération revient à acheter 2 700 miles au tarif de 27 EUR
  • Dans le troisième cas, l’opération revient à acheter 5 550 miles au tarif de 55 EUR

Le calcul est simple, le CPM (coût par miles) s’élève ainsi à 1 centime d’euro dans les deux cas de figure.

Là encore, l’opération est bien plus rentable que l’achat de miles en direct chez Flying Blue.

Même en période de promotion comme c’est le cas actuellement, acheter 5 500 miles est deux fois plus cher qu’avec l’option « Miles & Cash ».

En effet, avec 40% de bonus, l’achat de 4 000 + 1 600 miles soit 5 600 miles est facturé 110 EUR lorsque l’on en demande que 55 EUR (deux fois moins cher) en « Miles & Cash ». Le CPM s’élève ici à 1,96 centimes d’euro.

  • Long-courrier, classe Business

Un ParisNew York sera proposé en Business à partir de 57 500 miles aller – simple, dès le 1er juin 2018. Le passager encarté aura la possibilité de :

  • soit s’acquitter de 57 500 miles (ainsi que les taxes et surcharges) pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 50 300 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 108 EUR en cash pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 43 100 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 216 EUR en cash pour obtenir sa prime

Dans le premier cas, le passager règle l’intégralité de son billet prime en miles. Dans le deuxième cas, il règle 12,5% de son billet prime en cash (soit 50 300 miles) en dépensant 108 EUR. Dans le troisième cas, il règle 25% de son billet prime en cash (soit 43 100 miles) en dépensant 208 EUR.

  • Dans le deuxième cas, l’opération revient à acheter 7 200 miles au tarif de 108 EUR
  • Dans le troisième cas, l’opération revient à acheter 14 400 miles au tarif de 216 EUR

Le calcul est simple, le CPM (coût par miles) s’élève ainsi à 1,5 centimes d’euro dans les deux cas de figure. Le coût par miles en Business est plus élevé (+50%) que pour les billets en classe Economy.

En période de promotion, acheter 14 400 miles Flying Blue reviendrait à dépenser 264 EUR. Hors période promotionnelle, acheter 14 400 miles Flying Blue coûterait 396 EUR au client encarté.

Dans les deux cas, l’option « Miles & Cash » est plus intéressante puisque le CPM d’achat de miles s’élève à 1,83 centimes d’euro en période promotionnelle et à 2,75 centimes d’euro hors période de promotion.

  • Long-courrier, cabine La Première

Un ParisNew York sera proposé en First à partir de 200 000 miles aller – simple, dès le 1er juin 2018. Il s’agit du même tarif que précédemment puisque le programme de fidélité n’a pas touché au tarif de ces billets. Le passager encarté aura la possibilité de :

  • soit s’acquitter de 200 000 miles (ainsi que les taxes et surcharges) pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 175 000 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 687,5 EUR en cash pour obtenir sa prime
  • soit s’acquitter de 150 000 miles (ainsi que les taxes et surcharges) et ajouter 1 375 EUR en cash pour obtenir sa prime

Dans le premier cas, le passager règle l’intégralité de son billet prime en miles. Dans le deuxième cas, il règle 12,5% de son billet prime en cash (soit 175 000 miles) en dépensant 687,5 EUR. Dans le troisième cas, il règle 25% de son billet prime en cash (soit 150 000 miles) en dépensant 1 375 EUR.

  • Dans le deuxième cas, l’opération revient à acheter 25 000 miles au tarif de 687,5 EUR
  • Dans le troisième cas, l’opération revient à acheter 50 000 miles au tarif de 1 375 EUR

Le calcul est simple, le CPM (coût par miles) s’élève ainsi à 2,75 centimes d’euro dans les deux cas de figure. Le coût par miles en La Première est plus élevé de +83,3% que pour les billets en classe Business et de +175% (!!!!!) que pour les billets Economy. 

En achetant des miles Flying Blue, hors période promotionnelle :

Ne pas tenir compte du bonus lié à la promotion

En effet, le programme de fidélité facture 1 375 EUR l’achat de 50 000 miles soit le même tarif qu’avec l’option « Miles & Cash ». Aucun intérêt.

En achetant des miles Flying Blue en période promotionnelle :

Le programme de fidélité facture 785 EUR l’achat de 50 000 miles soit une économie de 590 EUR, le CPM passant de 2,75 centimes d’euro à 1,57 centime d’euro. Il est ici plus intéressant d’acheter des miles Flying Blue que de profiter de l’option « Miles & Cash » du programme de fidélité !

Conclusion.

Sur le papier, l’option « Miles & Cash » est une bonne idée. Réclamée par de nombreux clients encartés, elle arrive enfin chez Flying Blue dans quelques jours, longtemps après certains programmes concurrents (le British Airways Executive Club, notamment) cependant.

L’option n’est pas véritablement modulable. Elle permet soit de régler la totalité de son billet en miles, soit de régler 12,5% de son billet prime en cash (sans oublier les taxes et surcharges), soit 25% (sans oublier les taxes et surcharges).

Nous l’avons vu à travers plusieurs exemples, l’option est (très) avantageuse pour certains billets à l’instar du moyen-courrier en Economy ou encore le long-courrier en Economy. Elle semble également être intéressante pour les passagers en Business sur le long-courrier.

En revanche, que les passagers La Première passent leur chemin : il est moins onéreux d’acheter des miles en promotion chez Flying Blue pour compléter une enveloppe de miles que d’utiliser cette nouvelle option. C’est dommage !

Globalement, c’est un bon début. On tient déjà l’idée.

Et on espère qu’au fil du temps, les conditions « Miles & Cash » évolueront … positivement ! 😉

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

1 Commentaire

  • Sinon il y a Miles & Cash de MilesBooster qui a l’avantage de s’appliquer sur n’importe quel vol, de n’importe quelle compagnie, sans minimum et sans restrictions, comme celle sui consiste à payer les taxes et surcharges carburant….

Publier un Commentaire

x