Actualité Brève

Se faire bannir d’un hôtel Fairmont à vie : mode d’emploi !

Publié par Tyler Birth

L’histoire est assez rocambolesque. Tellement rocambolesque même que de nombreux médias se sont attachés à publier hier sur la question, y compris nos estimés confrères de Boarding Area et Loyalty Lobby. Nick Burchill s’était vu bannir à vie du Fairmont Empress Hotel situé à Victoria, au Canada.

Dans un message adressé à hôtelier le 28 mars 2018 sur le réseau social Facebook, Nick a sollicité officiellement la possibilité de séjourner de nouveau au Fairmont Empress Hotel. Pour espérer faire lever le bannissement à son encontre, notre protagoniste a évoqué pour la première fois dans sa lettre ouverte les raisons qui lui ont valu cette interdiction de séjour.

Lisez plutôt, c’est cocasse ! 😉

« Dear Empress Hotel:
This may seem like and unusual request, but I write to you today, seeking a “pardon”.

17 Years ago a string of unfortunate events led to my being banned from your hotel. I would like to explain the incident……

In 2001, I had recently joined my current employer, xxxxxxxxx and I was also in the Canadian Naval Reserve. xxxxxxxxx was hosting a customer conference at the Empress and it was my first event with the company.

I told my Navy buddies that I was coming out West and I was asked to bring “Brother’s Pepperoni” from Halifax. It is a local delicacy. Because this was the Navy we were talking about, I brought enough for a ship. In a hurry, I had completely filled a suitcase with pepperoni for my friends. Some of it was wrapped in plastic, some in brown paper. I took whatever Brothers would sell me.

This is the bag that the airline misplaced.

The bag reappeared the next day. I knew that the pepperoni would still be “good”. It had only been at room temperature for a short time. It would, however, be quite some time before I could turn it over to my friends.
Just to be safe, I decided that I should keep it cool.

My room was a nice, big, front-facing room on the fourth floor. It was well appointed, but it did not have a refrigerator. It was April, the air was chilly. An easy way to keep all of this food cool would be just to keep it next to an open window. I lifted one of the sashes and spread the packages of pepperoni out on the table and window sill. Then, I went for a walk…..for about 4 or 5 hours.

When I had covered enough ground, I returned to the hotel. I remember walking down the long hall and opening the door to my room to find an entire flock of seagulls in my room. I didn’t have time to count, but there must have been 40 of them and they had been in my room, eating pepperoni for a long time.

In case you were wondering, Brothers’ TNT Pepperoni does NASTY things to a seagull’s digestive system. As you would expect, the room was covered in seagull crap. What I did not realize until then was that Seagulls also drool. Especially when they eat pepperoni.

I’m sure you have an image in your head. Now remember that I have just walked into the room and startled all of these birds. They immediately started flying around and crashing into things as they desperately tried to leave the room through the small opening by which they had entered.

Less composed seagulls are attempting to leave through the other CLOSED windows. The result was a tornado of seagull excrement, feathers, pepperoni chunks and fairly large birds whipping around the room. The lamps were falling. The curtains were trashed. The coffee tray was just disgusting.

I waded through the birds and opened the remaining windows. Most of the gulls left immediately. One tried to re-enter the room to grab another piece of pepperoni and in my agitated state, I took off one of my shoes and threw it at him.

Both the gull and the shoe went out the window.

By this time, I was down to one gull left in the room, but it was a big one, and it didn’t want to leave.

As I chased it, it ran around the room with a big hunk of pepperoni in its gob.
In a moment of clarity, I grabbed a bath-towel and jumped it. It stated to freak-out so I wrapped it in the towel and threw it out of the window.

I had forgotten that Seagulls cannot fly when they are wrapped in a towel.

This is all happening fairly quickly and this is mid-afternoon. The Empress hosts a very famous and very popular “High Tea”. I suspect this is where the large group of tourists was heading when they were struck by first my shoe, then a bound-up seagull (the seagull was unharmed, by the way).

Let’s go back to my little housekeeping issue. The room was BAD. There was a lot of damage.

I was new to my company and I was really trying to make a good impression at this important event. I decided that I would carry on for now and handle this whole thing later. I then realized that I had only a few minutes before an important dinner and that I only had one shoe.

I made my way to one of the side doors and recovered both the shoe and the towel that were laying in some wet soil bear the walking path. The shoe was a mess. I took it back to the room. By this time, I had close the windows and the air was becoming quite ripe with the smell of digested pepperoni and fish.

I went into the washroom and rinsed the mud off of my shoe. It cleaned-up nicely, but now I had one wet, dark shoe, and one dry, light coloured shoe.

In retrospect, I should have just wet the dry shoe. Instead, I choose to dry the wet shoe using the little hairdryer. It was actually doing quite well. I had the hairdryer jammed in there and the shoe was drying quite nicely. Then, the phone rang.

I walked into the next room to answer it and the power goes off. It turns-out that the hairdryer had vibrated free of the shoe and fallen into the sink full of water and the GFI didn’t seem be 100% functional. I don’t know how much of the hotel’s power I knocked-out, but at that point I decided I needed help.

I called the front desk and asked for someone to come help me clean-up a mess. I can still remember the look on the lady’s face when she opened the door. I had absolutely no Idea what to tell her, so I just said “I’m sorry” and I went to dinner. When I came back, my things had been moved to a much smaller room.
I thought that was the end of it all until I was told that my company had received a letter banning me from the Empress. A ban that I have respected for almost 18 years.

I have matured and I admit responsibility for my actions. I come to you, hat-in-hand to apologise for the damage I had indirectly come to cause and to ask you reconsider my lifetime ban from the property.

I hope that you will see fit to either grant me a pardon, or consider my 18 year away from the empress as “time served”.

Thank you very much for your consideration.
Sincerely,

Nick Burchill »

Traduction.

« Cher hôtel Empress,

Cela peut sembler inhabituel, mais je vous écris aujourd’hui pour vous demander le «pardon».

Il y a 17 ans, une série d’événements malheureux a conduit à mon bannissement de votre hôtel. Je voudrais expliquer l’incident … .

En 2001, j’avais récemment rejoint mon employeur actuel, xxxxxxxxx, et j’étais aussi dans la réserve navale canadienne. Mon entreprise était l’hôte d’une conférence à l’Empress et c’était mon premier événement avec celle-ci.

J’ai dit à mes amis de la Marine que je venais dans l’Ouest et ils m’ont demandé d’apporter des « Brother’s Pepperoni » de Halifax. C’est une spécialité typique de la région. Parce que c’était de la marine dont nous parlions, j’avais apporté assez pour un navire entier. En hâte, j’avais complètement rempli une valise avec du pepperoni pour mes amis. Une partie était emballée dans du plastique, d’autres dans du papier marron. J’ai pris tout ce que l’on avait bien pu me vendre.

C’est le sac (contenant les pepperoni) a été égaré par la compagnie aérienne.

Mais le sac est réapparu le lendemain. Je savais que le pepperoni serait encore mangeable. Il avait seulement été à température ambiante pendant une courte période. Cependant, je ne pouvais pas le confier immédiatement à mes amis. Pour être en sécurité, j’ai donc décidé que je devais le garder au frais.

Ma chambre, belle et de grande taille, donnait sur la façade au quatrième étage. C’était bien aménagé, mais il n’y avait pas de réfrigérateur. C’était en avril, l’air était frais. Un moyen facile de garder toute cette nourriture : la conserver à côté d’une fenêtre ouverte. J’ai soulevé l’un des châssis et étalé les paquets de pepperoni sur la table et sur le rebord de la fenêtre. Ensuite, je suis allé me ​​promener … pendant environ 4 ou 5 heures.

Après avoir bien marché, je suis retourné à l’hôtel. Je me souviens d’avoir ouvert la porte de ma chambre et y avoir  trouvé toute une volée de mouettes. Je n’ai pas eu le temps de les compter, mais il devait y en avoir au moins 40, mangeant le pepperoni depuis longtemps.

Au cas où vous vous poseriez la question, le « Brother’s Pepperoni » n’est pas spécialement recommandé pour le système digestif des mouettes. Comme on peut s’y attendre, la chambre était couverte de merde de mouette. Ce que je n’avais pas réalisé jusque là, c’était que les mouettes bavent aussi. Surtout quand elles mangent du pepperoni.

Je suis sûr que vous avez une image dans votre tête. Maintenant, rappelez-vous que je viens juste d’entrer dans la pièce et j’ai effrayé tous ces oiseaux. Ils ont immédiatement commencé à voler et à s’écraser sur les objets alors qu’ils essayaient désespérément de quitter la pièce par la petite ouverture par laquelle ils étaient entrés.

Certaines mouettes ont tenté de quitter la pièce par les autres fenêtres … fermées. Le résultat a été une tornade d’excréments de mouettes, de plumes, de morceaux de pepperoni et de gros oiseaux qui fouettaient l’air de la pièce. Les lampes tombaient. Les rideaux ont été saccagés. Le plateau de café était juste dégoûtant.

J’ai pataugé à travers les oiseaux et j’ai réussi à ouvrir les fenêtres restantes. La plupart des goélands sont partis immédiatement. On a essayé de rentrer dans la pièce pour attraper un autre morceau de pepperoni et dans mon état agité, j’ai enlevé une de mes chaussures que j’ai lancé sur lui.

La mouette et la chaussure sont sorties par la fenêtre.

À ce moment-là, je n’avais plus qu’une mouette dans la pièce, mais c’était une grosse, et elle ne voulait pas partir.

Comme je l’ai chassé, il a couru autour de la pièce avec un gros morceau de pepperoni en bouche. Dans un moment de clarté, j’ai attrapé une serviette de bain pour l’attraper. Il a paniqué donc je l’ai enveloppé dans la serviette et l’ai jeté par la fenêtre.

J’avais oublié que les mouettes ne peuvent pas voler lorsqu’elles sont enveloppées dans une serviette.

Tout cela s’est passé assez rapidement et c’était en plein milieu d’après-midi. L’hôtel accueille un thé très célèbre et très populaire dans la région. Je soupçonne que c’est là que se dirigeait le grand groupe de touristes quand ils ont été frappés d’abord par ma chaussure, puis par une mouette bondée (la mouette était indemne, au passage).

Revenons à mon petit problème d’entretien ménager. La chambre était dans un mauvais été. Il y avait beaucoup de dégâts.

J’étais nouveau dans mon entreprise et j’essayais vraiment de faire bonne impression lors de cet événement important. J’ai décidé que je continuerais pour le moment et que je m’occuperais de tout cela plus tard. J’ai alors réalisé que j’avais seulement quelques minutes avant un dîner important et que je n’avais qu’une seule chaussure.

Je me suis dirigé vers l’une des portes de sortie et j’ai récupéré à la fois la chaussure et la serviette qui reposaient sur un sol humide. La chaussure était également dans un très mauvais été. Je l’ai ramené dans ma chambre. À ce moment-là, j’avais fermé les fenêtres et l’air devenait insupportable avec l’odeur du pepperoni digéré et du poisson.

Je suis allé dans les toilettes et j’ai rincé la boue de ma chaussure. Nettoyée correctement : j’avais une chaussure mouillée et foncée à cause de l’eau, et une chaussure sèche et de couleur claire.

Rétrospectivement, j’aurais du juste mouiller la chaussure sèche. Au lieu de cela, j’ai décidé de sécher la chaussure humide en utilisant le petit sèche-cheveux. Et ça c’est plutôt bien passé. J’ai coincé le sèche-cheveux dans celle-ci et la chaussure séchait très bien. Puis, le téléphone a sonné.

Je suis entré dans la pièce principale pour y répondre et le courant s’est coupé. Il s’est avéré que le sèche-cheveux avait vibré dans la chaussure et était tombé dans l’évier plein d’eau. Je ne sais pas à quel point j’avais réussi à faire sauter les plombs de l’hôtel, mais c’est à ce moment-là j’ai décidé que j’avais besoin d’aide.

J’ai appelé la réception et j’ai demandé à quelqu’un de venir m’aider à nettoyer le désordre. Je peux encore me souvenir du regard sur le visage de la dame quand elle a ouvert la porte. Je n’avais absolument aucune idée de ce qu’il fallait lui dire, alors j’ai juste dit « je suis désolé » et je suis allé dîner. Quand je suis revenu, mes affaires avaient été déplacées dans une pièce beaucoup plus petite.

Je pensais que cette histoire était terminée jusqu’à ce que l’on me dise que ma compagnie avait reçu une lettre qui m’interdisait de séjourner à vie dans cet hôtel. Une interdiction que j’ai respecté pendant près de 18 ans.

J’ai mûri et j’admets la responsabilité de mes actions. Je viens à vous, pour vous demander de m’excuser des dommages que j’ai indirectement causé et vous demander de reconsidérer mon interdiction à vie de votre propriété.

J’espère que vous jugerez bon de m’accorder le pardon ou de considérer que mes 18 années d’interdiction ont été suffisantes comme punition.

Merci beaucoup pour votre considération.

Cordialement,

Nick Burchill »

L’histoire est incontestablement amusante ! 😉

Celle-ci est bien entendu arrivée aux oreilles des principaux concernés.

Le 31 mars 2018, après avoir raconté son histoire en personne à l’hôtel (devant les rires aux éclats des agents du check-in comme le prouve la photo ci-dessous !), le directeur de l’hôtel a reconsidéré cette interdiction et Nick Burchill est de nouveau le bienvenu au Fairmont Empress Hotel.

Et vous, avez-vous déjà eu l’occasion de vivre un moment aussi embarrassant dans un hôtel ?

Un jour, nous aussi nous vous livrerons nos petites histoires croustillantes dont nous avons à rougir ! 😉

Tyler.

 

(Tip : Loyalty Lobby / OMAAT)

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire

x