Afin de lutter contre la propagation du coronavirus sur le territoire national, le gouvernement, représenté par son Premier ministre Édouard Philippe, a pris la décision de suspendre les liaisons aériennes entre la France métropolitaine et l’Outre-Mer.

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Suspension des liaisons aériennes.

L’arrêté du 21 mars 2020, publié aujourd’hui au Journal Officiel, prévoit en son article 7 la suspension des liaisons entre le territoire hexagonal et l’Outre-Mer.

La France métropolitaine ainsi que la Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont concernées par cet arrêté.

L’entrée en vigueur de cette interdiction est prévue ce soir à minuit et sera maintenue jusqu’au 15 avril 2020.

« Sont interdits jusqu’au 15 avril 2020, sauf s’ils relèvent de l’une des exceptions mentionnées au II, les déplacements de personnes par transport commercial aérien :

– au départ du territoire hexagonal et à destination de La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin et Saint-Barthélemy ;

– au départ de l’une de ces collectivités et à destination du territoire hexagonal ;

– au transport commercial aérien entre ces collectivités. »

Par ailleurs, les déplacements entre les territoires d’Outre-Mer sont également proscrits. Ils ne pourront se faire que pour un motif légitime qui devra être justifié.

« Par dérogation au I, restent autorisés les déplacements justifiés par l’un des motifs suivants :

– motif impérieux d’ordre personnel ou familial ;

– motif de santé relevant de l’urgence ;

– motif professionnel ne pouvant être différé. »

Cette décision de suspendre les liaisons aériennes entre la Métropole et l’Outre-Mer a été motivée par les caractéristiques de la vie ultra-marine et par la complexité potentielle de la situation en cas de propagation accrue du virus sur ces territoires.

« (…) la situation sanitaire propre à l’insularité, à l’isolement et à l’éloignement des territoires ultra-marins du reste du territoire national, caractérisés par les difficultés majeures auxquelles ces territoires seraient confrontés en cas de propagation massive due à des cas d’importation du virus par voie aérienne. »

Rapatriements.

Le Ministère des Outre-Mer a précisé ce matin que cet arrêté ne remettait pas en question le rapatriement des voyageurs vers les territoires hexagonal ou ultramarins.

Par ailleurs, il a été demandé aux principales compagnies aériennes qui effectuent ces liaisons quotidiennes de rester mobilisées afin d’assurer une continuité minimale de service.

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Conclusion.

Cette mesure d’urgence vise à protéger les ressortissants ultramarins de l’aggravation de la propagation du coronavirus sur leurs territoires.

Prévu initialement pour 3 semaines, cet arrêté pourrait éventuellement être prolongé.

Tyler.

x
BoardingArea