Le 1er janvier 2019, il n’y a pas que les douze coups de minuit qui ont annoncé de bonnes choses. En effet, pendant un (assez) court laps de temps, Cathay Pacific a publié d’excellents tarifs en Business et en First, entre l’Asie et l’Amérique du Nord, donnant lieu à une frénésie d’achats compulsifs de billets d’avion pour les voyageurs avisés. L’affaire était belle : rejoindre New York depuis le Vietnam (Da Nang ou Hanoï) en passant par Vancouver (ou non) pour moins de 600 EUR aller – retour en Business et rejoindre Vancouver depuis Hanoï pour 870 EUR aller – retour en First (il était même possible de pousser jusqu’à New York pour seulement 1270 EUR aller – retour en First !).

Copyright © 1996-2019 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Profiter ou non de ce tarif : les questions à se poser ?

En toute franchise, je n’ai pas profité de ce tarif.

Pourtant, devant mon ordinateur lors de sa publication, je me suis interrogé : dois-je réserver ou non ce tarif ? Combien en réserver ? Si oui, Business ? First ? Business et First ? C’est généralement comme cela que je procède face à un mistake fare.

Puis, deux autres questions (importantes) se sont également présentées :

  • le tarif peut-il être honoré par la compagnie aérienne ?
  • si oui, comment rejoindre le Vietnam depuis l’Europe efficacement et à bon prix ?

Le tarif peut-il être honoré par la compagnie aérienne ?

Potentiellement tous les tarifs erronés sont susceptibles d’être honorés par la compagnie aérienne émettrice. Ou non.

On sait par expérience que les règles (si l’on est pas protégé par une quelconque législation) ne sont pas légion sur la question.

Cependant, certaines compagnies aériennes ont plus tendance à honorer que d’autres. On se souvient par exemple des vols en Business avec Qatar Airways depuis Oslo vers Bangkok, ou depuis Bruxelles vers Tokyo commercialisé aux alentours de 500 EUR aller – retour : les passagers ayant réservés ces billets ont eu le plaisir de prendre les airs à (très) bon prix. Mais on se souvient également du mistake fare Air France La Première (pour 1200 EUR aller – retour vers l’Europe depuis les États-Unis) qui lui n’aura pas été honoré par la compagnie tricolore ou encore United/Lufthansa en First (pour 49 USD aller – retour).

Les exemples et les contre-exemples ne manquent pas.

En revanche, compte tenu de la tarification habituelle des classes « avant », en Business mais a fortiori en First, les erreurs de tarifs dans ces classes de voyage sont davantage scrutés qu’en classe Economy.

Ainsi, vendre un billet 870 EUR aller – retour en Première classe est un véritable manque à gagner pour Cathay Pacific lorsque l’on sait qu’un tel billet s’échange à un tarif plus proche des 5 chiffres que des 3.

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

Comment rejoindre le Vietnam depuis l’Europe efficacement et à bon prix ?

C’est finalement la question la plus épineuse.

Si le billet est honoré, il faut se rendre au point de départ de celui-ci. Si le fait de rejoindre efficacement le Vietnam depuis l’Europe n’est pas le plus compliqué, il est difficile d’anticiper un bon tarif. En effet, il serait idiot de payer une fortune le pré-acheminement, dans de douloureuses conditions de voyage, et perdre ainsi le bénéfice de la substantielle économie réalisée avec le mistake fare.

Copyright © 1996-2019 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Après, bien entendu, rien n’est impossible. Bien au contraire.

En effet, il est toujours possible de complexifier un peu le voyage. Par exemple, les très bons tarifs Saudi en classe Affaires au départ de l’Italie vers l’Indonésie sont toujours d’actualité, en aller-simple et en aller-retour. Il suffit ensuite de composer un routing en ajoutant un pré-acheminement et un post-acheminement du pré-acheminement …

Fastidieux pour certains voyageurs.

Copyright © 1996-2019 Karl L. Swartz. All rights reserved.

Le cas Expedia.

Si le tarif était aisément visible sur Matrix ou Google Flight, il n’était pas possible de « le sortir » partout.

Cette étape demande un peu de dextérité et d’habitude.

Si la compagnie n’honore pas le tarif, et dans la mesure où Expedia perçoit l’argent pour le compte de cette dernière, c’est à Expedia de rembourser le passager (dans la plus part des cas de figure). Et parfois, notre ami OTA (Online Travel Agency, ndlr) n’est pas des plus efficaces sur la question du remboursement.

Il faut donc accepter l’idée d’avoir plusieurs centaines, voir plusieurs milliers d’euros « en attente » quelque part le temps que la machine s’enclenche.

Et en définitive ?

Heureux sont les voyageurs ayant eu du nez !

 

En effet, la compagnie aérienne de Hong Kong a annoncé sur son compte Twitter qu’elle honorerait les billets émis pour les voyages en Business et First à ces tarifs imbattables.

Beaux joueurs.

Ainsi, pour les clients ayant achetés un ou plusieurs billets, il est maintenant temps, de songer au(x) pré-acheminement(s) ! 😉

Compte tenu de la particularité du point de départ (pas le plus idéalement situé en Asie – à la différence de Hong Kong ou Bangkok par exemple), ainsi que l’heure (et le jour !) à laquelle ces billets ont été mis en vente, il est également possible que Cathay Pacific n’ait pas été confrontée à une grosse émission de billets à ce tarif, d’où cette issue favorable.

Conclusion.

Une histoire qui se termine bien pour les heureux clients.

Une fois encore, Cathay Pacific s’est montrée fair-play. L’erreur a été commise, l’erreur a été assumée : une belle manière de commencer l’année.

Je ne regrette pas de ne pas avoir bénéficié de l’un de ces tarifs. La complexité du point de départ, depuis l’Europe, aurait eu raison d’un pré-acheminement en bonnes conditions ! 😉

Tyler.

x
BoardingArea