Actualité Programme de fidélité

Nouveau barème de dépense Flying Blue : l’exemple de l’Amérique en Business !

Publié par Tyler Birth

Nous vous présentions hier les nouveautés de Flying Blue relatives à la dépense de miles pour l’acquisition d’un billet prime. À l’occasion de notre analyse, nous avons présenté plusieurs destinations en Amérique du Nord. Nous poursuivons donc notre comparatif entre l’ancien système de dépense et le nouveau, sur les Amériques, avec une série de destinations desservies en Business par Air France et KLM.

Pour les besoins de ces comparaisons, nous prenons la liste suivantes de destinations Air France et KLM en Amériques (Amérique du Nord ainsi que le Mexique et Cuba) : Atlanta, Boston, Cancun, Calgary, Chicago, Détroit, Edmonton, Houston, La Havane, Los Angeles, Mexico, Miami, Minneapolis, Montréal, New York, San Francisco, Salt Lake City, Seattle, Vancouver, et Washington.

Ces destinations s’entendent au départ de Paris et/ou d’Amsterdam.

Sur 20 destinations en Business, 10 voient leur montant en miles augmenter, 10 voient leur montent en miles diminuer.

Pour mémoire, désormais le montant en miles nécessaires à l’obtention d’un billet prime est évalué selon le point de départ, la destination et la date du voyage. On voit donc disparaître la notion de charte de rédemption.

Sur les 10 destinations plus onéreuses à compter du 1er juin 2018 :

  • Boston augmente de 1 000 miles soit 1,6% 
  • Mexico augmente de 2 500 miles soit 4%
  • Atlanta, Détroit, Houston et Los Angeles ont une augmentation comprise entre 5,1 et 10% 
  • Minneapolis, San Francisco, Salt Lake City et Seattle ont une augmentation comprise entre 10,1 et 16%

Sur les 10 destinations dont le tarif diminue à compter du 1er juin 2018 :

  • Aucune destination n’a diminué d’un montant inférieur à 2% ce qui est positif
  • Calgary et Vancouver coutent moins cher à hauteur de 2,1 à 5% 
  • Cancun, Chicago, Edmonton, La Havane et New York baissent de 5,1 à 10%
  • Miami, Montréal et Washington baissent de 10,1 à 16%

Prises dans leur ensemble, les modifications apportées à la dépense Flying Blue n’imputeront pas le budget en miles des membres encartés, sur le réseau Amériques d’Air France et KLM. Il s’agit visiblement pour le premier programme de fidélité d’Europe d’appliquer une répartition plus juste (en fonction notamment de la distance – point de départ / destination) des dépenses.

Ainsi, on voit fortement diminuer Miami, Montréal, Washington mais également New York sur la côte Est, tandis que Los Angeles, San Francisco, ou même Salt Lake City sont plus à l’Ouest des États-Unis.

Logique.

Rappelons toutefois qu’ils s’agit des tarifs des seuils d’accès. Le montant peut sensiblement évoluer à la hausse en fonction de la disponibilité des classes de réservation (désormais).

Conclusion.

Nous en avions déjà parlé, certains passagers plus habitués de la côte Ouest pourront sans doute trouver cela injuste de devoir débourser davantage de miles qu’avant pour le même routing. Néanmoins, ces modifications sont dans l’ensemble plutôt justes au contraire.

Dépenser le même montant en miles pour rejoindre New York ou Los Angeles, c’était incohérent.

Il ne s’agit que d’un exemple, en Business, en Amériques. Nous tâcherons de proposer également un comparatif avec d’autres destinations du réseau et d’autres classes de voyage.

Une chose est sure : Flying Blue promettait de ne pas ajouter ou soustraire plus de 10 000 miles par destination en Business. La promesse est tenue.

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

4 Commentaire

  • Je pense que FB n’a pas pris la distance comme critère.

    cf la Réunion et Maurice à la même distance de paris et pas du tout logé à la même enseigne

  • Bonjour Tyler,

    Attention pour moi il y a un soucis dans le raisonnement : vous vous basez uniquement sur des vols SANS escales.

    Hors beaucoup de voyageurs n’habitent pas Paris et je pense que cela va faire mal pour eux 🙁
    L’avantage des zones était que la correspondance était « gratuite ».

    Pour le moment le simulateur indique « We’re very sorry! The amount of Miles for this journey has not been fixed yet. This information will become available on 1 June 2018.  » si on essaye un départ de Marseille, Montpellier, etc.

    Par contre au départ de Francfort cela fonctionne : Los Angeles est à 72.000 miles (+9.500 miles qur l’ancien barème soit +15,20% !!!) et +4.500 miles que depuis CDG.

    Il faudra donc voir cela en détail depuis les villes de province 😉

  • Je suis d’accord par rapport aux correspondances avons nous des informations ?
    Tous les ans je fais en business Luxembourg Fort Lauderdale(20mn de miami) mais’pour y arrivee j’ai 3 vols: lux-ams / ams atl / atl fll.
    Du coup quel montant en miles va être pris en compte ? À présent c’est 62500 au moins cher, est ce qu’on prendra alors le montant ams-mia ? Qui est à 60000 miles et non 53000 (53000 c’est que depuis Paris… allez savoir pourquoi)?
    Tout ca n’est pas très clair j’hesite a prendre mes billets avant le 1er juin quitte à m’acheter les 9000 miles qui me manque

  • Pour les departs d’autres hub que CDG et AMS (notamment de province) j’avais trouvé personnellement des tarifs inférieurs (de memoire Nice était moins chers par ex.)
    Idem pour certaines villes d’Europe (je n’avais pas essayé Francfort cependant).

Publier un Commentaire

x