Le surbooking n’est plus la norme. Néanmoins, il arrive pour certains vols que la compagnie aérienne commercialise plus de titres de transport que de sièges disponibles. Si les prévisions des compagnies (quant au load factor) sont de plus en plus justes, il est parfois possible d’être confronté au cas de figure où un passager doit être reprotégé sur un autre vol (c’est-à-dire qu’il doit être positionné sur un  vol différent de celui qu’il a réservé) en raison du manque de place à bord.

Air France, afin de palier à ces problèmes de disponibilité de sièges, a lancé SWING : la possibilité pour un client de modifier gratuitement son vol (indépendamment des conditions tarifaires du billet) contre l’octroi d’une compensation financière.

L’initiative appartient à Air France. En effet, c’est la compagnie aérienne qui adresse aux clients concernés un courriel les informant de cette possibilité.

Bien entendu, pour être potentiellement intéressé par SWING, un impératif subsiste : la flexibilité. Le vol peut très bien être celui d’après le jour même (notamment pour des liaisons en France métropolitaine ou en Europe) ou dans les heures voir les jours qui suivent. Qu’importe si le vol sur lequel vous êtes basculé est le suivant : Air France vous offre votre indémnité.

En acceptant le changement proposé par la compagnie aérienne, le client se voit remettre un bon avec une valeur en euros. Cet EMD (un avoir électronique dans le jargon d’Air France) peut ensuite être utilisé en tout ou partie sur l’achat d’un vol ou d’une option (siège plus, bagage supplémentaire, Menu À la Carte, …). Par ailleurs, si le passager le souhaite, cet avoir peut lui être remboursé contre monnaie sonnante et trébuchante.

Finalement, SWING c’est du gagnant – gagnant.

Le client va certes accepter de modifier son vol, mais pour cela, il donnera son accord, et en sus, touchera une indemnisation au titre de compensation. En retour, la compagnie aérienne n’aura pas à débarquer un passager, ni le reprotéger au dernier moment avec tout ce que cela implique (mécontentement, coût de la reprotection, …) et, en fonction du retard sur le trajet initial, n’aura pas à payer de compensation au titre de la directive européenne (ce qui peut vite chiffrer …).

À noter que toute modification prévaut pour l’ensemble du dossier de réservation. Par ailleurs, tous les voyageurs du même dossier reçoivent l’avoir électronique, nominatif, du même montant.

Conclusion.

Avec SWING, Air France peut mieux gérer les aléas liés aux remplissages de ses appareils.

Par ailleurs, la compagnie aérienne évite le paiement de lourdes indemnités (aux montants fixés par la directive européenne en fonction du retard) et le mécontentement de ses passagers. Quant à eux, les clients gagnent un vol modifié sans frais et surtout un avoir électronique, au montant déterminé par la compagnie aérienne, utilisable ultérieurement chez Air France, KLM, Air France HOP! et bientôt feu Joon.

Un mal pour un bien ! 😉

Tyler.

x
BoardingArea