Hier était un grand jour dans les relations diplomatiques entre les pays membres du GCC. En effet, plus tôt dans la soirée qui précédait, l’Arabie Saoudite avait annoncé le rétablissement des échanges avec le Qatar et la réouverture de son ciel, de ses frontières terrestres et maritimes à son voisin. En parallèle de cette annonce, Le Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani venait également d’être convié au 41e sommet du GCC qui se déroulait, dès le lendemain en Arabie Saoudite : l’occasion de signer, après 3 ans de blocage, un accord entre les protagonistes.

Crédit : The Travelers Club

L’Émir du Qatar en Arabie Saoudite.

Pour la deuxième fois seulement depuis le blocage illégal du Qatar par la coalition de pays alliés, le Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani s’est posé sur le sol saoudien. Là encore, sa venue avait pour but de participer à une réunion du GCC mais cette fois-ci en position restaurée pour le Prince Émir à l’occasion du 41e sommet.

 

 

C’est à bord de l’A340-500 immatriculé A7-HHH appartenant à la flotte gouvernementale que le Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani a quitté Doha dans la matinée.

Indépendamment de sa participation au sommet du GCC, la venue du Prince Émir avait pour but d’officialiser la fin du blocage de son pays par la signature d’un accord avec l’Arabie Saoudite et les autres membres concernés par la coalition.

La fin du blocage ? Oui.

Le Ministre des Affaires Étrangères de l’Arabie Saoudite a confirmé hier que son pays, mais aussi les Émirats Arabes Unis, l’Égypte et Bahreïn rétabliraient pleinement leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Cette décision implique la réouverture de l’espace aérien, des frontières terrestres et maritimes comme nous l’évoquions.

Du point de la compagnie aérienne nationale, la plus grande conséquence de cet accord est que les vols n’auront plus à éviter l’espace aérien des pays voisins et que les liaisons aériennes entre le Qatar et les quatre pays concernés pourront être repris.

Une réouverture immédiate ?

En théorie, ces changements sont effectifs immédiatement mais il est peu probable que l’entrée en vigueur de ces nouvelles mesures le soit dans les faits.

Dans un premier temps, la compagnie aérienne attend la décision qui indiquera clairement que les restrictions de l’espace aérien saoudien, émiratie, égyptien, et du Bahreïn sont levées. Le NOTAM pourrait arriver dans les prochaines heures à moins que les pays tardent à l’adresser.

Ensuite, et seulement après la réouverture de l’espace aérien officialisé, Qatar Airways sera réhabilitée à reprendre ses dessertes vers l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, l’Égypte ou le Bahreïn. Cette reprise des liaisons permettra à la compagnie aérienne de se repositionner sur des axes à fort potentiel de revenus.

Crédit : Matthias Geiger

Pour l’heure, encore en vacances aux Émirats Arabes Unis, le site internet de Qatar Airways demeure inaccessible.

Conclusion.

Si la fin du blocage illégal du Qatar est officiellement acté, la compagnie aérienne basée à Doha ne reprendra pas immédiatement ses vols vers les pays à l’initiative du blocage. Néanmoins, le survol des espaces aériens concernés devrait intervenir dans un futur très proche.

Ensuite, et seulement ensuite, se poseront les questions des éventuelles indemnisations du Qatar pour ces trois années de blocage.

Tyler.

x
BoardingArea