Actualité Reportages

Le nouveau salon Air France … en 7 réalités (après ouverture) !

Publié par Tyler Birth

Air France – Salon Business – Terminal 2E Hall L
Air France – Paris (CDG) / Londres (LHR) – Business – Airbus A318
Conrad Saint James – Chambre Executive – Londres
Skyteam Lounge – Salon Business – London Heathrow – Terminal 4
Air France – Londres (LHR) / Paris (CDG) – Business – Boeing 787-9

Il y a tout juste une semaine, Air France inaugurait son nouveau salon au Terminal 2 Hall L de Charles de Gaulle. Nous avions le plaisir de (vous faire) découvrir, en avant première, ce nouvel espace aménagé pour maximiser le confort des passagers avant leur vol. Nous avions par ailleurs été agréablement surpris par la qualité des prestations proposées et par l’élégance du lieu, incontestablement très chic !

Mais un salon qui vit est un salon qui montre ses axes d’amélioration.

À l’occasion d’un départ ce week-end, j’ai eu le plaisir de redécouvrir ce salon qui m’avait fait très belle impression. Avec cependant quelques déceptions …

Réalité 1 – un show kitchen plus show que kitchen.

Air France souhaitait proposer à ses clients de découvrir la gastronomie à la française. Actuellement, la compagnie aérienne fait confiance à Sodexo pour gérer ses salons à Charles de Gaulle.

L’idée était d’introduire un concept novateur, jusque là inédit chez Air France dans un salon d’aéroport : le show kitchen.

Espace « restaurant » le jour de la présentation à la presse du salon

Certains hôtels le proposent à leurs clients (à Charles de Gaulle, on pense notamment au restaurant du Pullman), alors pourquoi pas la compagnie aérienne nationale ?

En ce début d’après-midi, non, point de salé ! C’est normal nous dit-on, ce n’est plus l’heure du déjeuner (nous y reviendrons).

Nous sommes le vendredi 2 février 2018, jour de la chandeleur. Air France a souhaité marquer le coup et offrir à ses clients le plaisir d’une crêpe maison, qu’il est même possible de personnaliser. On adore l’idée !

Mais la crêpe n’est pas maison justement. Et réchauffer une crêpe industrielle (on nous l’a confirmé) ce n’est pas bon. Notamment parce que ça durcit le produit.

D’ailleurs, ça le durcit tellement que le produit n’est plus mangeable puisqu’il s’effrite.

On a eu le show (car la crêpe est tout de même réchauffée sur place) … mais pas le plaisir de la dégustation.

Dommage.

À noter qu’en temps normal, le « Chef » assemble des plats préparés dans des cassolettes individuelles et les personnalise à la demande des clients (les condiments surtout). Ce n’est pas le Ritz non plus, mais c’est un salon d’aéroport. C’est très appréciable.

Cassolette le jour de la présentation à la presse du salon

Réalité 2 – Le déjeuner : après l’heure, c’est plus l’heure.

L’offre de restauration en mi-journée est globalement assez pauvre.

Exit les belles salades et les plateaux de charcuterie présentés à J-1, il faut désormais se contenter du strict minimum dans l’après-midi. L’offre salée (froide) est pour le moins déroutante.

Il y a tout de même du chaud, globalement de bonne facture pour un en-cas.

En revanche, bon point, les desserts sont multiples et Air France propose à ses passagers plusieurs notes sucrées.

À noter : ce qui est proposé est bon. N’est-ce pas tout ce que l’on demande finalement ? 😉

Réalité 3 – Le sauna semble faire suer Air France.

Le sauna est visiblement un sujet compliqué dans ce salon.

C’est l’un des points stratégiques d’Air France en ce lieu puisque complètement novateur.

Nous avions d’ailleurs hâte de le découvrir en fonction lors de la présentation du salon.

Mais force est de constater que celui-ci demeure toujours inactif.

Il manquerait, selon les employés du salon, un « pommeau de sécurité », essentiel à sa (re)mise en service (?).

En attendant, la porte reste close.

Réalité 4 – Le Club bat en retraite ?

Air France souhaitait proposer à certains clients privilégiés (Club 2000, Ultimate ou tout simplement des petits groupes) de pouvoir se retrouver, loin de l’affluence des grandes heures.

Un espace avait donc été pensé pour leur offrir une plus grande tranquillité : Le Club.

Clients absents ou compagnie aérienne pas encore prête à les recevoir ? Pour l’heure, l’espace a été renommé en Private

… et demeure sans visiteur.

Réalité 5 – Clarins : étendre la plage horaire ne signifie pas augmenter les disponibilités ?

Le salon offre, à l’instar de ses petits camarades, un espace de soins Clarins, partenaire d’Air France. Deux espaces sont disponibles.

Cet espace est ouvert entre 8h20 et 14h et entre 16h20 et 21h40. Les plages horaires sont donc étendues par rapport aux autres salons. Il faut dire que de nombreux vols vers l’Asie partent le soir, tard.

Problème ? Même pendant ces horaires, il est difficile d’obtenir un créneau, malgré un salon peu encombré.

La réponse au problème est simple.

Il faut que le carnet de rendez-vous soit activé par l’esthéticienne. En son absence, il n’est pas possible de réserver un rendez-vous pour une plage horaire même pendant les heures d’ouverture.

En revanche, une fois qu’il est possible d’y accéder, l’espace est très agréable et le professionnalisme des esthéticiennes à son maximum. J’ai d’ailleurs eu le plaisir de retrouver une esthéticienne rencontrée à plusieurs reprises ces dernières années.

Réalité 6 – Trop tôt pour la détox ?

Air France souhaite faire de ce salon un espace de bien-être.

Outre les nombreux équipements prévus à cet effet, elle y a installé une zone détox.

Photo prise au moment de la présentation du salon à la presse

Il avait été expliqué que de nombreux thés seraient en libre service, lorsque les partenariats – encore en attente de finalisation – seraient actifs.

Aujourd’hui, une semaine après l’ouverture, ce n’est visiblement pas encore le cas.

Réalité 7 – Une superficie plus que respectable pour un salon pas trop encombré !

Le salon est grand, nous en avions parlé.

En milieu d’après-midi, la superficie est suffisante pour accueillir convenablement les passagers qui se présentent au salon. C’est un bon point.

Certains espaces sont mêmes inutilisés et les passagers se concentrent dans les mêmes zones, proches du buffet.

Quid du matin ou de la fin de journée, heures auxquelles de nombreux vols partent du Hall L ?

À voir donc.

Conclusion.

Ce sont les débuts de ce nouveau salon, ouvert il y a seulement une semaine.

Il est donc normal de voir apparaître quelques hésitations ou d’identifier des axes d’amélioration.

Fait du hasard, j’étais sur place en même temps que des responsables de l’expérience client Air France venus sans doute vérifier la conformité de leurs installations.

Les clients semblent conquis. Tant mieux pour Air France.

De notre côté, nous espérons toutefois que toutes les belles choses promises seront prochainement mise en service ! 😉

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

6 Commentaire

  • L offre de restauration est digne d une aire d autoroute, avant que quelqu un à Air France aura l audace de proposer un produit digne d une vrai compagnie international, c est pas demain la suite

  • Absolument pas conquis par ce salon.
    Testé la semaine dernière, il était bondé, quasiment impossible de trouver un siège libre, agencement laissant à désirer, offre restauration de piètre qualité, espace soins indisponible, etc.

  • Je suis client Air France depuis 10 ans, j’ai aujourd’hui voulu pour la première fois profité de mes miles pour accéder au lounge (5h à tuer). Renseignements pris auprès du personnel co de la compagnie, on me dit qu’il n’y a pas de problème et qu’il m’en coûtera 5000 miles (je ne suis pas assez gradé pour un accès gratuit). Je me dis super et je passe la sécurité avant de me faire renvoyer promener par une mégère condescendante m’expliquant qu’il n’y avait pas de place pour autoriser un accès à quelqu’un avec mon statut. J’ai tenté alors un des vieux lounge de l’aeroport ou on m’a gentiment (ce coup ci) expliqué la même chose en me disant que de toutes façons les accès payants étaient rarissimes car les salons sont toujours bondés. Je commence enfin à comprendre pourquoi je voyage le moins possible avec eux : non seulement on paye plus cher mais en plus on a moins de service (et surtout pas le sourire). Avec easy jet je n’ai pas non plus d’acces Au lounge mais le billet est moins cher et le personnel sympathiques

Publier un Commentaire

x