Décidément, depuis quelques temps, Catherine Villar est très bavarde. Malheureusement, avant de révéler de bien tristes informations pourtant bien cachées jusqu’à présent, la Directrice de l’expérience client d’Air France ferait mieux de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Dans un entretien accordé à Gate 7, un média alternatif aux obscures ambitions de promotion de la compagnie aérienne nationale, Catherine Villar a confirmé que les passagers La Première n’étaient traités que comme des clients Business depuis la crise du coronavirus. Pourtant, le prix, lui, n’a pas changé !

La Première aux prestations Business.

Nous le craignons, mais l’information est aujourd’hui officielle.

En effet, Air France ne propose plus de prestations dédiées La Première à ses passagers de Première classe depuis l’apparition de la pandémie liée au coronavirus. Ainsi, si la compagnie aérienne reprend progressivement la desserte de son réseau long courrier (indépendamment des vols opérés pendant la crise sanitaire), elle n’a pas pour autant repris ses bonnes habitudes de service, rejetant allègrement la faute sur ce fameux virus.

Ainsi, dans un obscur entretien, la Directrice de l’expérience client d’Air France a ouvertement assumé ce choix stratégique.

« Nous n’avons pas pour le moment réintroduit l’offre à bord La Première et le salon de Charles de Gaulle est toujours fermé en raison d’un nombre de clients extrêmement limité. À ce stade, nous proposons aux clients qui voyagent en cabine La Première la même prestation de repas que celle de la cabine Business mais à leur rythme. Ils bénéficient également d’un accueil privilégié au vestibule et d’un accompagnement au sol. » – Catherine Villar, Directrice de l’expérience client d’Air France.

Les passagers ne bénéficient pas de l’habituel niveau d’excellence dédié à leur cabine de voyage. Néanmoins, si le salon demeure encore fermé à Charles de Gaulle, l’escorte La Première elle, est maintenue. Compte tenu cependant des spécificités liées aux transferts en véhicule avec chauffeur sur le tarmac (au départ du salon La Première), ce service se fait par voie pédestre. À noter cependant que, de toute manière, tous les vols partent actuellement du Terminal 2E Hall K.

En revanche, la réponse de Catherine Villar prête surtout à sourire eu égard à la précision qu’elle apporte sur le service.

En effet, les clients La Première se voient servir les prestations Business mais « à leur rythme ».

Notons ainsi que pour la Directrice de l’expérience client d’Air France cette sacro-sainte spécificité n’est accordée qu’à la cabine de Première classe tandis que pour de nombreuses compagnies aériennes, elle est, de facto, déployée en Business également.

Et sinon, au sein de l’Union Européenne ?

Il suffit de regarder quelques instants outre-Rhin pour s’apercevoir notamment que ce traitement accordé aux passagers de Première classe est une bien triste exception française au sein de l’Union Européenne. Ainsi, à titre d’exemple, les clients First de Lufthansa se voient offrir le même niveau de prestations par la compagnie aérienne allemande qu’en temps ordinaires.

Autre compagnie aérienne du Lufthansa Group, SWISS, a également maintenu un niveau de prestation comparable à l’avant crise sanitaire du coronavirus. Cette dernière n’invoque ainsi aucune fallacieuse excuse pour justifier une baisse qualitative, même temporaire, de l’offre globale.

Nos confrères de Flight-Report ont d’ailleurs récemment publié un rapport de vol intéressant montrant bien que la compagnie aérienne suisse, membre de Star Alliance, continue de proposer à ses clients très haute contribution un niveau de prestation décent eu égard au prix payé.

Crédit : Flight-Report – LX177 – Singapour / Zurich avec SWISS

Conclusion.

Un pas en avant, deux pas en arrière. Décidément, Air France ne nous offre pas de quoi se satisfaire bien longtemps.

Arguer la crise du coronavirus pour justifier les mesures de cost-cutting à bord aura bientôt ses limites. Malheureusement, la remarque de la personne en charge de l’expérience client au sein de la compagnie nationale ne semble laisser personne perplexe au sein même d’Air France

D’ici là, et compte tenu des excellents tarifs de SWISS en First y compris depuis Paris, on ne va pas se priver de déserter les avions d’Air France en Première classe …

Tyler.

x
BoardingArea