Le voyage, tel que nous le connaissions avant la crise du coronavirus, est amené à évoluer. D’abord parce que les mesures sanitaires que les compagnies aériennes sont contraintes de mettre en oeuvre pèseront lourdement sur les protocoles de service mais aussi, ensuite, parce que le virus a fait de lourds dégâts sur le plan économique impactant les finances des compagnies aériennes, y compris celles des plus solides. Si les analystes évoquent un retour de la demande à la normale à l’horizon 2023, les voyageurs devront, pendant un temps, faire des concessions sur leur habitudes à bord. Toutefois, la vraie question qui se pose aujourd’hui est de savoir si les mesures de restriction qui sont en cours de déploiement ont vocation à demeurer, même après la crise, ou s’il ne s’agit pas plutôt d’un cost cutting déguisé.

Turkish Airlines : un cas d’école ?

Turkish Airlines a, depuis longtemps, la réputation de proposer un excellent catering à bord en Business.

Ne serait-ce que par la présence d’un chef embarqué, la compagnie aérienne turque a su se démarquer de ses concurrents en classe avant et offre, à ces voyageurs premium, un véritable service signature. Turkish Airlines s’est attachée les services de Do & Co, un prestataire haut de gamme dans le secteur des prestations alimentaires à bord, afin de servir des plats de grande qualité.

Mais à l’heure où la reprise des vols est programmée, la compagnie aérienne a fait hier parler d’elle. Les détails des prestations qui seront proposés dès cette semaine ont été publiées sur le site FlyerTalk, au point de faire grincer des dents dans les rangs de ses plus fervents supporters.

Pour mémoire, Turkish Airlines reprendra ses vols domestiques dès le 5 juin 2020 et ses vols internationaux dès le 11 juin 2020.

Les vols inférieurs à 2 heures en Business.

C’est probablement la mesure la plus drastique.

Tandis que la compagnie aérienne proposait, en Business, un véritable plateau froid pour les vols inférieurs à 2 heures, Turkish Airlines ne servira désormais plus qu’une bouteille d’eau.

Inutile de chercher d’autres prestations complémentaires, le service se résumera à la distribution de cette seule boisson.

Les vols compris entre 2 et 8 heures en Business.

Les passagers à bord des vols plus longs, compris entre 2 et 8 heures, se verront offrir une prestation, mais loin des standards habituels de Turkish Airlines. En effet, une boîte contenant l’ensemble de la prestation sera distribuée aux passagers Business. Celle-ci contiendra : un sandwich, un mezze froid, une salade, un dessert et une capsule d’eau.

Outre ce service, il est précisé que la compagnie aérienne ne proposera plus ni de thé ni de café, qu’elle ne servira plus de boisson d’accueil à bord, qu’elle n’offrira plus d’oshibori à ses voyageurs Business, plus de menu, et que les verres seront les grands absents du protocole.

En revanche, d’autres boissons seront toujours disponibles mais proposées en canette ou petite bouteille.

Les vols supérieurs à 8 heures en Business.

Turkish Airlines a, sur son réseau, de nombreux vols situés à plus de 8 heures d’Istanbul, notamment vers l’Amérique du nord. Ces longs vols verront également la réduction des prestations offertes aux passagers Business.

La compagnie aérienne continuera d’effectuer 2 services. Ils seront, comme pour les vols compris entre 2 et 8 heures, sous la forme de boîtes.

Pour le premier service, les clients recevront : un sandwich ou un wrap, une grande salade, deux mezze froids, un dessert, des chips et une bouteille d’eau.

La seconde prestation se résumera quant à elle à un sandwich, un mezze froid, une salade et un dessert. Sans oublier la fameuse capsule d’eau.

C’est peu pour une classe Affaires.

Conclusion.

Indépendamment de cette offre réduite, Turkish Airlines met un terme (temporaire) à la présence du chef à bord, pourtant véritable élément différenciant. Rien ne dit que la compagnie aérienne fera, un jour, machine arrière et encore moins à quelle date. Pour l’heure, le coronavirus pèse sur tous les esprits et Turkish Airlines met en avant la nécessité d’adopter de véritables mesures sanitaires.

Les prestations proposées en classe Affaires sont tout simplement scandaleuse. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que la compagnie aérienne profite de la pandémie pour adopter des mesures de restrictions budgétaires afin de faire face à la crise économique qu’elle traverse, à l’instar de bon nombre de ses consoeurs.

D’autres compagnies aériennes de premier plan sont parvenus à allier sécurité sanitaire et prestations qualitatives comme Qatar Airways.

Les mesures adoptées par Turkish Airlines, résolument excessives, sont difficilement justifiables.

Tyler.

x
BoardingArea