10   +   1   =  

Les lecteurs assidus du blog – je vous en remercie – s’en souviendront, nous avions eu l’occasion d’évoquer au mois de février une offre Air France intéressante vers la charmante ville de Wuhan en Chine. J’avais à ce titre évoqué les possibilités infinies qui s’ouvraient à vous vers l’Asie en profitant de ce tarif promotionnel en classe Affaires. C’était également l’occasion de tester les nouvelles cabines Best & Beyond en configuration quick-change puisque la compagnie nationale positionnait sur cette ligne ses appareils reconfigurés. Nous aurons l’occasion de le voir très prochainement.

IMG_0139

Une formalité administrative particulière.

Afin de faciliter les courts séjours dans son pays, l’immigration chinoise a mis en place en 2011 des facilités d’accès sur son territoire. Ainsi, les séjours inférieurs à une durée de 72 heures peuvent bénéficier d’une exemption de visa. Pour celles et ceux qui ont eu le loisir de tenter l’expérience du visa chinois, vous avez sans doute été marqués par la lourdeur administrative afférente à cette démarche.

Depuis 2011, le nombre de ville proposant cette facilité d’immigration temporaire s’accroit. De seulement trois villes initialement concernées, ce sont maintenant 15 villes qui proposent cette exemption de visa. Puisque oui, il n’est pas possible de bénéficier de ces spécificités sur tout le territoire chinois.

Les villes suivantes sont désormais concernées par cette formalité d’immigration :

Beijing, Shanghai, Guangzhou, Chengdu, Chongqing, Harbin, Shenyang, Dalian, Xian, Guilin, Kunming, Xiamen, Tianjin, Hangzhou et Wuhan.

Le tarif promotionnel Air France résonne sans doute ainsi d’avantage à vos oreilles.

On le voit, seules les villes concentrant un fort potentiel économique sont concernées.

Par ailleurs, cette exemption de visa ne concerne que les voyageurs arrivant par les voies aériennes.

Enfin, ce sont pas les ressortissants de tous les pays du monde qui sont concernés par cette facilité. Seuls 51 pays à travers le monde peuvent faire bénéficier à leurs citoyens cet avantage.

On retrouve 24 des 26 pays membres de l’espace Schengen :

L’Autriche, la Belgique, la République Tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Italie, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, les Pays-bas, la Pologne, le Portugal, la Slovaquie, la Slovénie, l’Espagne, la Suède et la Suisse.

Ce n’est pas tout. En effet, 13 autres pays européens sont concernés :

la Russie, la Grande-Bretagne, l’Irlande, Chypre, la Bulgarie, la Roumanie, l’Ukraine, la Serbie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la Macédoine et l’Albanie.

Du côté de l’Amérique, on retrouve les États-Unis, le Canada, le Brésil, le Mexique, l’Argentine et le Chili.

En Asie, ce sont la Corée, le Japon, Singapour, Brunei, les EAU et le Qatar qui bénéficient de cette exemption.

Pour finir, l’Australie et la Nouvelle-Zélande se trouvent également autorisés à bénéficier de cette facilité d’immigration temporaire.

Comme vous le voyez, la liste est longue !

Entre absence d’information et acte d’incompétence caractérisée.

Deux possibilités pour pénétrer le territoire chinois sans visa.

  • La première, la plus simple, correspond au « visa » de transit de 24 heures – appelé « Direct transit ».

Cette autorisation temporaire concerne toutes les nationalités. En effet, il est possible de transiter par un aéroport, un port ou une gare chinoise depuis un pays du reste du monde à la condition de quitter le territoire dans les 24 heures ou moins, à destination d’un pays tiers que ce soit par voies aérienne, maritime ou ferroviaire.

  • La seconde, tout aussi évidente mais d’avantage ciblée, correspond à l’exemption de visa en cas de transit de 72 heures – appelé « 72-Hour Visa Free Transit ».

Je vous en parlais, seuls les ressortissants de la liste des 51 pays évoqués ci-dessus sont concernés par cette mesure d’immigration temporaire. Les passagers arrivant sur le territoire chinois par voie aérienne, dans l’une des villes citées et ne restant que 72 heures ou moins peuvent prétendre à cette exemption de visa à la condition qu’ils repartent également par les airs (uniquement) et à destination d’un pays tiers.

Je réitère, avec un pied en Asie du fait de cette offre promotionnelle Air France, il est ensuite très facile de profiter des environs. Mon choix s’est porté sur Hong Kong.

IMG_0148

En arrivant « à l’aller » à Wuhan, au départ de l’Allemagne et en passant par Paris, le 6 juillet au matin et repartant le 7 juillet au matin à destination de Hong Kong, les bénéfices du « direct transit » s’appliquent.

Il était pour moi évident qu’aucun visa ne me serait demandé.

Malheureusement, entre désinformation et incompétence, il m’aura été impossible d’obtenir mon boarding pass pour la Chine, aisément du moins.

******************

Retranscription d’une conversation mémorable avec une agent d’escale allemande à l’aéroport de Hambourg. Pour mémoire, concernant le « 72-Hour Visa Free Transit », les ressortissants allemands sont également concernés par cette mesure positive.

IMG_0070

  • L’Agent d’Enregistrement Désinformée (AED) : « Je ne trouve pas votre visa pour la Chine dans votre passeport. »
  • Tyler Birth (TB) : « En effet, il n’y en a pas puisque je ne suis pas concerné. Je ne reste qu’une nuit sur place à l’aller et deux au retour. Voici mon dossier de réservation suivant. »
  • AED « Vous devez obligatoirement disposer d’un visa pour vous rendre en Chine. Sans cela je ne peux éditer de carte d’embarquement, il en va de la responsabilité de la Compagnie. »
  • TB « Un transit de moins de 24 heures déroge à la règle du visa si le passager se rend dans un pays tiers et cette règle est étendue à 72 heures s’il est ressortissant de certains pays dont la France et s’il se rend vers l’une des destinations qui pratiquent cette mesure dont Wuhan. »
  • AED « Je vais appeler ma superviseur mais je pense que vous vous trompez ! »
  • TB « Je ne pense pas mais appelez la ! »

Puis le dialogue s’est enclenché à trois. Ou comment faire d’un échange cordial un dialogue de sourd.

  • Superviseur Idiot (SI) « Je n’ai pas connaissance de cette mesure et ne vois rien d’indiqué concernant une telle mesure dans le système informatique ! »
  • AED « C’est ce que j’expliquais à Monsieur mais il insiste. »
  • TB « Ce n’est peut être pas indiqué dans votre système informatique mais votre système n’est sans doute pas actualisé … ne sait-on jamais … »
  • SI « Monsieur, nous connaissons notre travail. Si ce n’est pas dans le système, c’est tout simplement que cette mesure n’existe pas ! »

******************

Finalement, le ton est monté. Je téléphone à la Ligne Club Air France disponible 24H/24 pour tenter de dénouer la situation. Et pour se débarrasser de moi sans doute, la superviseur a donné un accord afin que je puisse obtenir ma carte d’embarquement pour le vol à destination de Paris uniquement sans m’accorder cependant le droit d’enregistrer ma valise – c’était une valise cabine, heureusement. Le problème devant se régler donc à Paris … c’est toujours cela de moins à gérer outre-Rhin.

IMG_0071

À Paris, le process est maitrisé et j’obtiendrai sans aucune difficulté supplémentaire mon boarding pass à destination de Wuhan. Après vérification avec les équipes du salon La Première dont j’avais l’accès sur ce vol, l’information était bien disponible aux agents de l’aéroport de Hambourg … encore faut-il savoir où chercher.

Je conserve pour phrase mémorable celle de l’agent d’enregistrement qui en me tendant mon boarding pass pour Paris me dira : « Je penserai à regarder demain matin si vous avez pu voler … mais tel que c’est parti, votre destination finale est Paris Monsieur !« 

J’étais finalement en Chine, pour quelques heures, estampillé « Direct transit » sans que cela n’ai ici posé de problème à qui que ce soit !

IMG_0141

Conclusion.

Un article très personnel, j’en conviens. Néanmoins, à destination de certains pays du monde dont la Chine, mieux vaut être doublement informé que pas assez.

Ces dernières années, la Chine s’est ouverte afin de faciliter l’immigration temporaire sur son territoire.

Pour les très courts séjours en Chine – moins de 24 heures – le Direct Transit Stamp s’étend sur l’ensemble du territoire chinois : nul besoin d’effectuer de lourdes et couteuses démarches administratives pour obtenir un visa.

Pour les courts séjours en Chine – moins de 72 heures – il faut garder en mémoire qu’en remplissant les conditions évoquées ci-dessus vous pouvez vous abstenir d’effectuer ces démarches.

Le plus complexe sera sans doute de trouver face à vous des interlocuteurs informés ou ne serait-ce que, a minima, doués de raison.

Et face à des agents d’enregistrement ou en porte non sensibilisés aux nouvelles politiques d’immigration de certains pays ce n’est pas toujours évident !

Haut les cœurs,

Tyler.

x
BoardingArea