Coup de tonnerre au Moyen-Orient. L’Arabie Saoudite a annoncé, ce soir, qu’elle entendait rouvrir immédiatement son ciel et ses frontières, terrestres et maritimes, au Qatar – mettant ainsi un terme, la concernant, au blocage illégal de la péninsule entamé dès juin 2017.

Crédit : Matthias Geiger

Les origines du conflit diplomatique.

Début juin 2017, tout s’accélère.

L’Arabie Saoudite, le Yémen, les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, et l’Égypte ont stoppé les relations diplomatiques qu’ils entretenaient avec le Qatar avec, comme conséquence pour Qatar Airways, la compagnie aérienne nationale, l’impossibilité d’emprunter les couloirs aériens survolant les territoires.

Si l’État du Qatar a conservé d’excellentes relations avec certains partenaires salutaires, à l’instar de l’Iran, de la Turquie et du sultanat d’Oman, ce sont 18 routes régionales très rentables qui ont été immédiatement suspendues pour la compagnie aérienne.

Outre les relations diplomatiques complexes et l’arrêt des dessertes entre Doha et les plateformes aéroportuaires des pays anciennement alliés, Qatar Airways a, par exemple, été contrainte d’organiser des vols charter de retour pour les ressortissants nationaux obligés de quitter les cinq territoires concernés sous 14 jours. Pour mémoire, la réciprocité n’a jamais été exigée par le Qatar et, jusqu’à présent, des ressortissants égyptiens ou saoudiens vivaient encore à Doha.

Crédit : The Travelers Club / Do not use without our consent

(Le) Qatar (Airways) a résisté.

Nous avions notamment eu l’occasion de faire un point sur la situation à Doha près de deux ans après le début du blocage illégal du Qatar.

 

 

Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways, a affirmé, lors de ses multiples prises de parole sur le sujet, avoir été surpris par cette action menée contre son pays par des pays alliés.

« Au début, cela a été un véritable choc puisque cela a été fait par des personnes qui, selon nous, faisaient partie de notre grande famille du GCC. Nous n’avions jamais imaginé que ces États pouvaient nourrir un tel projet vicieux contre un petit pays comme le Qatar. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways.

Pourtant, pendant la crise, Qatar Airways a su montrer qu’elle maintenait le cap qu’elle s’était fixée. En effet, une semaine à peine après le début du blocage, Akbar Al Baker annonçait déjà sur Al Jazeera les détails du solide plan B de Qatar Airways afin de poursuivre son développement.

Ainsi, Qatar Airways s’est rapidement adaptée aux évènements et a redéployé sa flotte vers de nouvelles destinations. Depuis le début du blocage, hors période de pandémie, la compagnie nationale a ouvert pas moins de 24 nouvelles routes desservant plus de 160 destinations à travers le monde depuis son hub de Doha.

« Nous avons perdu 18 destinations en une nuit et un marché de 1,75 milliard de dollars, mais nous n’avons pas pour autant freiné notre expansion. Ainsi, nous avons remplacé les 18 destinations perdues par 24 nouvelles destinations et avons continué à recevoir de nouveaux avions. De plus, nous avons également continué à planifier notre expansion future. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways.

Le Président-directeur général du groupe Qatar Airways n’est, à juste titre, pas tendre avec les pays membres de la coalition.

« Ces fous ont commencé à bloquer mon pays lorsque le nouvel aéroport est devenu opérationnel dans le but de porter atteinte à Qatar Airways. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways.

Dès juin 2017Akbar Al Baker précisait également sur Al Jazeera que ces pays subiraient également les conséquences du blocage imposé au Qatar. Position réaffirmée l’an passé.

« Que leur est-il arrivé ? Vous pouvez voir la récession sur leurs marchés. Vous pouvez voir ces compagnies aériennes qui réceptionnent de nouveaux avions mais qui les envoient directement en stockage tandis que Qatar Airways pousse à la fois Boeing et Airbus à continuer de nous livrer. Cela montre que toutes les stratégies adoptées par mon pays sont de véritables succès. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways.

Crédit : Qatar Airways

L’Arabie Saoudite se désolidarise de la coalition dès ce soir.

L’Arabie Saoudite vient d’accepter d’ouvrir son espace aérien au Qatar ainsi que ses frontières terrestres et maritimes dès ce soir et met fin, la concernant, au blocus entamé en juin 2017.

Cette annonce est extrêmement importante pour l’ensemble des pays du Golfe et pour le Qatar.

En effet, avec la réouverture imminente des frontières par l’Arabie Saoudite au Qatar près de 4 ans après le début du conflit, et la permission pour des avions qataris de survoler l’espace aérien saoudien, c’est toute la région qui vit une libération salutaire.

Pour le Qatar, l’accès à l’espace aérien saoudien était incontestablement le plus crucial de tous.

Le blocage illégal avait eu pour conséquence d’imposer de longs détours autour de l’Arabie Saoudite, augmentant sensiblement la durée des vols commerciaux, impactant les passagers et empêchant un flux efficace de marchandises et de produits pharmaceutiques.

Le Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani participera officiellement au 41e sommet du GCC qui se tiendra en Arabie Saoudite demain. Cette annonce marque à elle seule la fin de la crise et un retour du Qatar dans la région.

L’Émir sera également rejoint par le conseiller américain principal et gendre de Donald Trump, Jared Kushner, à Al-Ula en Arabie Saoudite, où l’accord pour mettre fin au conflit devrait être signé.

Le vice-Premier Ministre d’Oman, Fahd bin Mahmoud al Said, qui représentera le sultanat au nom du sultan Haitham bin Tarik, se joindra également au dirigeant qatari. Le l’Émir koweïtien Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah sera également présent.

Crédit : Amiri Diwan

Conclusion.

Demain, un accord devrait être signé afin de mettre fin à un conflit lourd de conséquences pour les pays membres du GCC. L’Arabie Saoudite, en tête de file, a annoncé ce soir rouvrir ses frontières terrestres et maritimes ainsi que son ciel au Qatar.

Le premier vol commercial pour Jeddah depuis Doha devrait maintenant être planifié ! 😉

Que pensez-vous de la fin de conflit ? 

Tyler.

x
BoardingArea