C’est désormais acté : les étrangers en provenance d’Europe ne pourront plus voyager vers les États-Unis pendant les 30 prochains jours. Telle a été l’annonce du Président américain, Donald Trump, mercredi soir depuis le bureau oval de la Maison Blanche.

Crédit : Doug Mills / AFP

Vers une interdiction de voyage.

Le mercredi 11 mars 2020, Donald Trump a annoncé la suspension pour 30 jours de tous les déplacements d’étrangers vers les États-Unis depuis l’Europe afin de juguler la propagation du coronavirus sur le territoire américain.

Cette interdiction temporaire entrera en vigueur à compter de vendredi 13 mars 2020 à minuit (heure de Washington soit 5h heure de Paris).

 

 

Le discours du Président américain est sans appel.

« J’ai décidé de prendre des actions fortes mais nécessaires pour protéger la santé et le bien être de tous les américains. Pour empêcher de nouveaux cas de pénétrer dans notre pays, je vais suspendre tous les voyages en provenance d’Europe vers les États-Unis pour les 30 prochains jours. Je déplore que l’Union Européenne n’ait pas pris les mêmes précautions que moi face à la propagation du virus. » – Donald Trump, 45e Président des États-Unis d’Amérique.

Cette suspension ne concerne pas :

  • le Royaume-Uni
  • les ressortissants américains et résidents permanents actuellement en Europe

Pour les voyageurs qui auraient eu l’idée de transiter via le Royaume-Uni pour se rendre aux États-Unis, Donald Trump et son équipe ont pensé à tout.

« La suspension s’appliquera à toutes les personnes ayant séjourné dans l’espace Schengen au cours des 14 jours précédents leur arrivée prévue aux États-Unis, à l’exception des citoyens américains et des résidents permanents ».

Par ailleurs, le Département d’État exhorte ses ressortissants à éviter tous les déplacements vers l’Europe et plus particulièrement l’Italie.

« Le Département d’État recommande aux ressortissants américains d’éviter de voyager à l’étranger en raison de l’impact mondial du Covid-19. »

Enfin, les compagnies aériennes étudient actuellement les calendriers de vol afin d’adapter les mesures commerciales qu’elles devront mettre en place, à l’instar de KLM qui en informait ses abonnés sur Twitter ce matin.

Conclusion.

Il fallait s’attendre à cette décision.

Avec déjà 2 384 cas recensés aux États-Unis (dont 68 morts), Donald Trump tente d’éviter une crise sanitaire de grande ampleur, considérant l’Europe « comme la nouvelle Chine« .

Il faut dire que la situation s’aggrave sur le vieux continent.

Le Président français, qui doit s’exprimer ce soir, prendra t-il des mesures identiques ?

À suivre.

Tyler.

x
BoardingArea