Première partie – Une flotte 2.0 au coeur des ambitions d’Air Tahiti Nui
Deuxième partie – Rencontre avec les artisans de la montée en gamme d’Air Tahiti Nui
Troisième partie – À bord du Tahitian Dreamliner en Business
Quatrième partie – La Premium Economy d’Air Tahiti Nui : un nouveau produit pour une nouvelle clientèle
Cinquième partie – Tahiti Nui Helicopters : la famille Air Tahiti Nui s’agrandit !

À bord du Tahitian Dreamliner en Business.

Air Tahiti Nui opère désormais une flotte exclusivement composée d’avions produits par Boeing, soit une flotte de 4 Dreamliner flambants neufs. Aisément reconnaissables à leur superbe livrée, les Boeing 787-9 de la compagnie aérienne polynésienne font forte impression dans les aéroports où ils se posent. Il y a quelques mois, nous avons eu le plaisir de découvrir, en vol, le produit Business d’Air Tahiti Nui entre Paris et Papeete. Incontestablement, la compagnie aérienne s’attache à fournir des prestations de haute qualité à ses passagers « haute contribution » et à offrir à bord un avant goût bien agréable de la Polynésie !

À Paris Charles de Gaulle, les opérations d’Air Tahiti Nui sont positionnées au Terminal 2A. Il n’est donc pas rare d’apercevoir l’appareil à son point de stationnement dès votre arrivée dans l’enceinte de la plateforme aéroportuaire parisienne.

Le vol TN7 est doublement annoncé à Charles de Gaulle : vers les États-Unis bien entendu mais aussi vers la Polynésie française. Celui-ci quitte Paris à 12h05 et se pose à Los Angeles à 14h40 le jour même. Ensuite, deux heures plus tard, l’avion poursuit sa route vers Papeete. En effet, il quitte l’aéroport californien à 16h40 et se pose, toujours le même jour, à 21h45 sur le tarmac de l’aéroport international Tahiti Fa’a’ā.

En toute logique, les passagers Business bénéficient d’un embarquement dédié. L’écran affiche ainsi la spécificité Poerava Business. Attention cependant, comme pour tous les vols à destination des États-Unis, des contrôles renforcés peuvent avoir lieu en amont de l’embarquement. Pour les clients concernés, ces contrôles aléatoires sont effectués par les agents de sécurité de la plateforme aéroportuaire. Tous les passagers, qu’ils voyagent en Business, Premium Economy ou Economy, sont invités à utiliser la porte 2 pour embarquer à bord de l’avion. Une passerelle unique est raccordée à l’avion.

La porte 2 est située après la cabine Poerava Business, avant la cabine Moana Premium Economy. En effet, la classe Affaires se concentre entre les portes 1 et 2 de l’avion.

Crédit : Air Tahiti Nui

Embarquement à bord de Tupaia (figure emblématique de la Polynésie française, navigateur, érudit polynésien et artiste), le deuxième Boeing 787-9 à avoir intégré la flotte d’Air Tahiti Nui en janvier 2019.

La cabine et le siège.

On ne peut s’empêcher de (re)penser aux mots prononcés par Jean-Marc Hastings en entrant pour la première fois en cabine Business : tout a été fait pour donner aux voyageurs un avant-goût de la Polynésie française à bord. Ainsi, Air Tahiti Nui se veut, à juste titre, l’Ambassadrice de ce territoire éloigné de près de 16 000 kilomètres de la France métropolitaine.

La cabine a fière allure. Les harmonies sont superbes.

Par ailleurs, Air Tahiti Nui a retenu une judicieuse configuration en 222 pour sa cabine Poerava Business, compte tenu notamment de sa typologie de clientèle. En effet, 70% des passagers voyagent en couple dans cette classe de voyage.

À noter que cette dernière compte 30 sièges répartis sur 5 rangs.

C’est le Parallel Diamond de Collins Aerospace qui a été choisi pour équiper la nouvelle classe Affaires d’Air Tahiti Nui.

L’atmosphère en cabine est plaisante.

Légèrement en quinconce, ce siège offre le sentiment de voyager ensemble lorsque l’on est deux mais également de conserver un peu d’intimité, bien que limitée, lorsque l’on voyage seul.

Une paroi, en plastique fumé, vient d’ailleurs séparer les deux accoudoirs pour délimiter les sièges entre eux.

Pour ce premier tronçon à destination de Los Angeles, je prends place au dernier siège hublot de la cabine : le 5L

Le pitch est dans la norme des classes Affaires (soit un peu plus d’un mètre cinquante).

À noter que le repose-pieds est plus étroit pour les sièges situés à proximité des hublots contrairement à ceux situés côté couloir.

Le siège est en tissu mais l’appui-tête est en cuir. Il arbore avec élégance la fleur de Tiaré, emblème de la compagnie aérienne. 

Par ailleurs, Air Tahiti Nui a fait le choix d’une ceinture trois points sur son siège Business. La ceinture latérale est reliée à l’appui-tête afin de passer au dessus de l’épaule du passager.

L’écran du système de divertissement fait face, en toute logique, au passager. Sa résolution est de qualité, sa taille est, quant à elle, correcte pour un produit Business. Une tablette est, par ailleurs, située sous l’IFE.

Deux prises USB (une par siège) et deux accroches-veste (une par siège) ont été pensés sur la façade de l’IFE.

La prise, pour le casque audio (que nous détaillerons plus bas), est placée au niveau de l’espace de rangement situé à proximité du siège, en hauteur. C’est aussi ici qu’une bouteille d’eau peut être disposée par l’équipage pendant le repos du passager.

La tablette est située sous la console latérale.

Elle peut soit se déplier partiellement … … soit en totalité afin d’offrir au voyageur une surface de travail ou pour se restaurer plus importante.

Situés à proximité de la tablette sous l’accoudoir latéral : la télécommande Panasonic qui contrôle le système de divertissement (et que nous aurons l’occasion d’observer ci-dessous) ainsi que la pochette qui contient la littérature de bord : safety card, magazines de la compagnie aérienne et duty free.

Littérature de bord.

Le Parallel Diamond est un véritable siège qui se transforme en lit entièrement plat de près de 2 mètres.

Une fois déplié le lit donne accès à une liseuse individuelle ainsi qu’un panneau de contrôle abrégé des fonctionnalités du siège : position décollage et position full flat.

En revanche, le panneau de contrôle des fonctionnalités principales du siège se situe au niveau de l’accoudoir central. Simple et fonctionnel, on y trouve, par exemple, la possibilité d’agir sur la fermeté du siège au niveau des lombaires. Quelques petits signes d’usure prématurée du cerclage du panneau sont ici à noter.

Accessoires de confort.

Dès l’embarquement, les accessoires de confort sont disposés sur l’assise du siège Business : un coussin / oreiller, une couette, et une trousse de confort.

La trousse de confort est présentée sous blister afin de la protéger.

Cette dernière est de belle facture. On y retrouve l’inscription Air Tahiti Nui sur la partie supérieure, ainsi que des motifs qui rappellent la livrée de l’appareil.

En revanche, c’est surtout la composition de ce kit de confort qui impressionne tant ce dernier et complet ! Ainsi, la trousse contient un kit dentaire (dentifrice et brosse à dents), un bonbon à la menthe, une paire de bouchons d’oreilles, un masque occultant, une paire de chaussettes, un peigne, une lingette pour les vitres (carreaux de lunettes ou smartphone), une serviette rafraichissante et un stylo bille.

Bien entendu, trois produits de la marque Heïva sont également ajoutés : une crème pour le visage, une crème pour les mains et un baume à lèvres.

Un tel contenu est appréciable. Tout au plus, il manquerait un bain de bouche en dose individuelle. De plus, la qualité du masque occultant pour les yeux gagnerait à être améliorée.

Enfin, la couette épaisse est présentée roulée dans un sachet de protection. Présentée ci-dessous sur le lit déplié avec l’oreiller.

La couette est très confortable, chaude et ne gratte pas avec son revers en pilou … des heures de douceur !

Prestations entre Paris et Los Angeles.

Pendant l’embarquement, l’équipage propose à ses passagers Business un verre de champagne d’accueil. Il est élégamment servi au plateau. À noter qu’il s’agit d’un champagne rosé, dans un verre en verre (modèle unique chez Air Tahiti Nui) où la fleur de Tiaré est présentée.

Il est disposé sur la console centrale commune aux deux passagers, sur une serviette en tissu, elle aussi marquée de la fleur de Tiaré.

Ensuite, une véritable fleur de Tiaré est offerte par l’équipage, également présentée sur un plateau.

La présentation est d’une élégance rare pour une classe Business !

Différents journaux, en français et en anglais, ainsi que plusieurs magazines, sont disponibles à bord. L’équipage passe dans les rangées avec une voiture dédiée. Là aussi la présentation est très élégante.

Le menu est distribué pendant l’embarquement. Chaque tronçon a son menu. Ici le ParisLos Angeles. Il porte l’inscription Poerava Business.

Au menu du jour : un repas chaud, plusieurs encas pendant le vol et une collation chaude avant l’arrivée sur le sol californien.

Un oshibori sonne le début du service. Là encore, c’est un sans faute pour Air Tahiti Nui qui sert cette serviette chaude sur une coupelle qui porte ses armes et qui rappelle l’intérieur nacré d’une huître à perle.

Une fois la tablette dépliée en totalité, une nappe blanche y est disposée.

La fleur de Tiaré, comme logo de la compagnie aérienne, y a toute sa place, brodée dans le coin droit de la nappe.

On commence par l’apéritif. Je poursuis au champagne rosé de la maison Charles Heidsieck. À noter qu’Air Tahiti Nui propose également le brut et qu’elle est donc l’une des rares compagnies aériennes au monde à proposer un double choix de champagne (brut et rosé) en Business.

Canapé de foie gras et gambas.

Excellent.

Le servie se fait en revanche au trolley.

Les boissons sont présentées sur le dessus de celui-ci. Le champagne est dans un bac réfrigéré pour le maintenir à la bonne température.

C’est un service au plateau.

Il est disposé sur la tablette nappée et contient l’entrée, une assiette pour le pain, une assiette pour le beurre en coupelle en aluminium, une coupelle pour l’huile d’olive, une salière et un poivrier, une salade dans son ramequin et des couverts enroulés dans une serviette blanche.

Le plateau avec les couverts en métal.

Magret de canard fumé et crevette grillée accompagnés d’une salade d’agrume.

Un terre-mer satisfaisant.

Le plat chaud est ensuite servi à la cassolette.

Boeuf sauté servi avec des petits légumes et du riz basmati.

Le plat chaud est une jolie réussite, autant en goût qu’en quantité.

Une assiette de trois fromages est ensuite proposée par l’équipage.

On note l’effort de présentation d’Air Tahiti Nui qui agrémente sa sélection de fromage de quelques noix et d’une confiture à l’orange.

Le dessert est présenté sur un plateau dédié avec la boisson chaude.

Il s’agit d’un véritable café (ou thé) gourmand avec un gâteau aux trois chocolats (de belle taille !), d’une panacota à la mangue et d’un sorbet à la framboise. Des fruits de saison sont également disponibles.

Le thé, de la marque Fauchon, est servi avec un carré de chocolat Monbana.

Pendant le vol, des encas sont disponibles dans le galley avant (chips de légumes, pop corn, …) mais l’équipage passera fréquemment en cabine avec des snacks.

Sandwich triangle au fromage et à la dinde …

… barre chocolatée glacée à la noix de coco : ici un bounty glacé.

Une heure et demie avant l’atterrissage, la seconde prestation fait son apparition au plateau également. Sur ce plateau : l’entée, un morceau de pain, une coupelle de fruits, un yaourt, salière, poivrier, beurre et huile d’olive. Là encore les couverts sont protégés par la serviette en tissu.

L’entrée.

Salade exotique au poulet.

Excellente et très copieuse !

Ensuite, le plat chaud est servi également à la cassolette comme pour la prestation principale.
Risotto de tomates séchées servi avec une crème de carotte et cumin.Excellent !

Dans l’ensemble,  les deux prestations proposées par Air Tahiti Nui entre Paris et Los Angeles sont d’excellentes factures. Probablement, le meilleur service actuellement disponible sur cet axe.

Quelques minutes avant l’atterrissage, l’équipage propose un bonbon Créma aux passagers. 

Une dernière jolie attention ! 😉

Prestations entre Los Angeles et Papeete.

Le protocole d’accueil étant identique à celui du ParisLos Angeles, nous nous intéresserons uniquement à la prestation culinaire proposée sur le Los AngelesPapeete.

Le vol est plus court, en soirée ; la prestation est adaptée en conséquence.

Apéritif.

Champagne rosé, verrine végétarienne et biscuits salés. 

En comparaison avec les canapés de la prestation principale du ParisLos Angeles, il y a une vraie déception lors de cet apéritif.

Un plateau est ensuite proposé une fois la tablette dépliée et nappée.

Sur ce dernier, on retrouve l’entrée, un morceau de pain, une salade, une salière, un poivrier, deux coupelles : une pour le beurre, une pour l’huile d’olive. Les couverts sont, quant à eux, enroulés dans la serviette en tissu.

Le plateau avec les couverts en métal. L’entrée.

Magret de canard, et crevettes.Le même terre-mer que sur le ParisLos Angeles, présenté différemment. Une bonne entrée et généreuse en quantité.

La cassolette avec le plat chaud est ensuite emmené individuellement. Je choisi les ribs de porc à la sauce barbecue, accompagné d’une purée de pomme de terre et de légumes croquants. Excellent ! On regrette toutefois la présentation de la sauce barbecue dans une coupelle en aluminium.

Sélection de fromages.

Là encore, Air Tahiti Nui propose trois fromages à ses clients Business. On apprécie la présence d’un fromage « bleu », peu commun chez les compagnies françaises. Le plateau du dessert.

Je fais l’impasse sur la boisson chaude mais le plateau est composé d’une crème à la vanille, d’une part de tarte, d’un sorbet à la mangue et d’une coupelle de fruits.
Un repas dans l’ensemble très réussi.

Une heure avant l’arrivée, Air Tahiti Nui propose un dernier plateau, sans prestation chaude cette fois-ci (compte tenu de la durée du vol).

Salade César. Fruits, deux fromages et un fromage blanc à la framboise.

Suffisant.

Dans l’ensemble, les prestations proposées par le catering à Los Angeles sont un cran en dessous de celles proposées depuis Paris Charles de Gaulle. Rien de bien grave puisque cela reste satisfaisant, autant en goût qu’en quantité.

Divertissements.

Le système de divertissement est de conception PanasonicLes consignes de sécurité sont diffusées sur les IFE individuels des passagers.

L’interface est disponible en quatre langues : anglais, français, coréen et japonais

Les différentes catégories de divertissement sont accessibles depuis le menu principal.

Films et programmes télévisés.

Ils sont répartis en catégories : nouveautés, action et aventures, science-fiction et thriller, comédies, drames et romances, …

Dans l’ensemble, Air Tahiti Nui propose une sélection de films qui pourrait être enrichie.

Musiques.

Là encore, les oeuvres musicales sont réparties par genre et origine. On retrouve de la musique tahitienne, bien entendu, mais aussi française, japonaise, du classique, du jazz, de la pop, du rock, …

Jeux.

Plusieurs jeux sont disponibles pour les aficionados.

Livres et magazines.

Boutique de bord.

Un catalogue interactif des produits présentés au duty free à bord est disponible sur l’IFE.

La télécommande Panasonic de dernière génération permet également de naviguer dans l’interface sur cette dernière.

On peut aussi profiter de cette télécommande à écran tactile pour suivre la géovision en vol sans avoir à interrompre un programme de divertissement.

Bien entendu, la géovision est classiquement disponible sur l’écran principal pour les passagers qui considèrent que le vrai divertissement est ici 😉 !

La géovision est d’ailleurs plutôt bien réussie.

Pour permettre d’utiliser pleinement le système de divertissement, Air Tahiti Nui fourni à ses passagers Business un casque anti-bruit d’excellente facture. Confortable, il permet de profiter des programmes sans bruits perturbateurs.

Air Tahiti Nui propose le wifi à bord de ses Dreamliner.

Mais la tarification proposée, au volume de data consommées, est assez onéreuse.

Celle-ci débute à 9 USD et monte jusqu’à 49 USD pour seulement 200 MB de data.

La compagnie aérienne nous indique qu’une réflexion est encore à l’étude afin de définir le meilleur rapport qualité / prix pour les voyageurs.

Gestion de la correspondance à Los Angeles vers Tahiti.

Pour les passagers au départ de Paris et à destination de Papeete, l’escale à Los Angeles est obligatoire. L’appareil reste 2 heures sur place afin d’être nettoyé et de permettre à d’autres clients d’embarquer.

L’entrée sur le sol américain est donc nécessaire.

Les passagers en continuation doivent alors quitter l’appareil avec tous leur effets personnels afin d’effectuer les formalités de police. Néanmoins, un cheminement rapide a été pensé en collaboration avec l’aéroport afin que les voyageurs rejoignent directement la zone landside puis les postes de contrôle des bagages après ces formalités policières. En effet, les clients, indépendamment de leur classe de voyage n’ont pas à réenregistrer leur bagages en soute !

Un accès salon est également prévu pour les passagers Business.

Mais c’est aussi l’occasion d’apercevoir l’appareil !

À Los Angeles, les priorités d’embarquement sont traitées de la même manière.

À noter qu’une redistribution des places peut être effectuée, notamment pour les rares voyageurs solitaires afin de permettre aux couples de voyager ensemble ; ce qui est juste.

Los AngelesPapeete au 5A ! 😉

À suivre > La Premium Economy d’Air Tahiti Nui : un nouveau produit pour une nouvelle clientèle

x
BoardingArea