Thai Airways va mal. La compagnie aérienne, déjà secouée par de violentes turbulences depuis des années, est désormais confrontée à une aggravation de sa situation économique depuis notamment la pandémie de coronavirus où elle a été contrainte, à l’instar de ses consoeur, de réduire la voilure. Néanmoins, la compagnie aérienne vient d’échapper au dépôt de bilan mais devra rapidement se remettre sur pieds pour s’en sortir.

Procédure de réhabilitation pour Thai Airways.

Thai Airways est une très belle compagnie aérienne. Malmenée cependant par une gestion désastreuse, le transporteur est, depuis de nombreuses années, fréquemment dans le rouge au point d’avoir risqué, ces dernières heures, la cessation de ses activités.

Finalement, la sanction a été moins lourde que prévue pour la compagnie aérienne thaïlandaise. En effet, le gouvernement a aujourd’hui décidé que Thai Airways serait renvoyée devant le tribunal en charge des faillites afin d’être réhabilitée (rehabilitation process).

Cette procédure signifie que la compagnie aérienne subira une vaste restructuration en interne, une mise sous contrôle de sa dette mais aussi et surtout la perte de son statut d’entreprise étatique. En effet, le Ministère des Finances thaïlandais procèdera à la mise en vente de 3% de ses actions à un fonds privé. Si le gouvernement s’était décidé en faveur d’une mise en faillite pure et simple, la compagnie aérienne aurait été contrainte de fermer, du moins temporairement, ses portes.

Mais pour Thai Airways, la situation est plus complexe. Ainsi, un tiers des créanciers de la compagnie aérienne sont situés aux États-Unis, imposant, de fait, une procédure de faillite devant les tribunaux américains. Cette procédure américaine prendra probablement la forme d’une mise en faillite selon les dispositions du désormais très connu « Article 11« .

Le gouvernement change son fusil d’épaule.

La survie de Thai Airways a fréquemment été discutée ces derniers semaines au point que le gouvernement thaïlandais a fini par en perdre son siamois.

Jusqu’à présent, l’État avait statué sur :

  • l’octroi d’un nouveau prêt de 50 milliards de baths (soit près d’1,5 milliards d’euros) à Thaï Airways
  • la conservation de son statut d’entreprise étatique

Mais le Ministère des Finances thaïlandais s’est aujourd’hui ravisé et retire désormais son soutien à la compagnie aérienne nationale. La décision est compréhensible si l’on considère que cette dernière est un puit sans fond depuis des années. Pour mémoire, Thai Airways a accumulé une dette de 100 milliards de baths (soit près de 3 milliards d’euros).

La décision du gouvernement thaïlandais est probablement nécessaire mais sévère compte tenu de la période que le monde traverse. La pandémie de coronavirus impact très fortement les vols de Thai Airways confrontée également à la fermeture des frontières nationales aux touristes étrangers jusqu’au 1er juillet 2020, a minima.

Sans possibilité de faire rentrer de l’argent frais dans les caisses (notamment en l’absence de réservations), la restructuration est désormais Ô combien nécessaire si la compagnie souhaite survivre.

Ce sera là toute l’ampleur de la tâche du Tribunal des faillites thaïlandais.

Conclusion.

La période est complexe pour Thai Airways.

La compagnie doit s’en sortir coûte que coûte mais n’a pas la possibilité d’opérer efficacement compte tenu des mesures d’interdiction des touristes étrangers sur le territoire nationale jusqu’au 1er juillet 2020, au moins.

Quoi qu’il en soit, Thai Airways a échappé au pire en déposant immédiatement le bilan.

Malgré un soutien étatique retiré, il était cependant peu probable que le gouvernement était prêt à faire fermer les portes de la compagnie aérienne nationale ! 😉

Tyler.

x
BoardingArea