Actualité Reportages

À bord du CS100 de SWISS entre Paris et Zurich !

Publié par Tyler Birth

L’équipe de The Travelers Club avait déjà eu l’occasion de visiter l’avion de Bombardier aux couleurs de SWISS lors de sa première venue sur la plateforme de Paris Charles de Gaulle en juillet 2016. Aussi étonnant que cela puisse paraître, me concernant, je n’avais pas encore eu le plaisir de voler à son bord. C’est à l’occasion d’un déplacement vers Moscou (où je devais initialement découvrir le CS300 par la même occasion sur le trajet le plus long du routing) que j’ai pu découvrir en vol le CS100. Et cette expérience était tout simplement loin d’être décevante !

SWISS
LX647 – Bombardier CS100
Paris (CDG) / Zurich (ZRH)
Cabine Business – Siège 3A
___________________________

SWISS était compagnie de lancement du Bombardier CS100.

En effet, sur 372 commandes (toutes versions de l’appareil confondues) du CSeries, la compagnie helvétique en sera détentrice de 30 (10 CS100 et 20 CS300).  À noter que Delta Air Lines, qui est à l’initiative d’une commande salutaire pour le programme, recevra à terme 75 appareils.

À l’instar des compagnies membres de Star Alliance, SWISS opère ses vols depuis le Terminal 1 de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. L’alliance dispose d’ailleurs d’un très beau salon, entièrement dédié aux passagers de ses compagnies membres.

Au départ de Paris, la compagnie aérienne propose à ses clients de rejoindre Zurich à raison de 5 vols quotidiens.

Si la ligne est traditionnellement opérée en Airbus de la famille A320 (A320 et A319), le premier vol du matin l’est quant à lui en CS100 ou CS300 (en remplacement de l’Avro si cher à SWISS). À noter cependant que le programme de vol des appareils de la famille CSeries évolue fréquemment (en raison d’un petit nombre d’appareil en flotte pour le moment). Ainsi, il n’est pas rare d’assister impuissant à un changement d’avion.

L’appareil attend à son point de stationnement. Plus que tout autre, le Terminal 1 de Charles de Gaulle n’est pas propice aux jolies prises de vue d’un avion depuis la salle d’embarquement …

… ni pendant l’embarquement lui-même, et son jetbridge aveugle.

Une fois à Zurich cependant, il est plus facile d’observer l’avion. Il s’agit du HB-JBE. Celui-ci a intégré la flotte fin 2016.

Pour mémoire, c’est le motoriste Pratt & Whitney qui équipe les CSeries.

La cabine.

L’appareil est bi-classes.

Il permet à SWISS d’accueillir aussi bien des passagers Business qu’Economy. Configuré en 2 – 3, la cabine Affaires n’a pas de capacité d’accueil prédéterminée puisque celle-ci s’ajuste en fonction des besoins de la compagnie aérienne. Il ne s’agit donc pas d’un véritable siège Business mais d’un siège neutralisé comme il est tristement de coutume en Europe.

Point de rideau en revanche pour séparer les deux classes de voyage mais une indication portée sur le dernier siège neutralisé de la cabine Business.

Point positif de cet aménagement : on profite d’une vue dégagée sur toute la cabine, offrant ainsi une impression d’espace appréciable.

La cabine est très esthétique. Les harmonies cabine sélectionnées par SWISS sont très élégantes.

Le siège est conçu par l’équipementier allemand ZIM. L’inscription du fournisseur est apposée sur le loquet de la tablette.

La compagnie aérienne et ZIM ont visiblement mis un point d’honneur à offrir aux passagers un siège aux finitions irréprochables. Ainsi, le cerclage des sièges – tout simplement superbe – montre encore plus le degré de finition véritable du produit.

Le porte-revues contient la littérature de bord : magazines et fiche de consignes.

À noter : la présence de ce crochet permettant d’accrocher une veste de costume ou un manteau.

Mais ce n’est pas tout. En effet, la surpiqure du siège et la têtière en cuir blanc ont fière allure.

De plus, le logo de SWISS est apposé sur la paroi de l’appareil.

Le siège est large de 18,5 pouces (soit 45 centimètres environ).

Par ailleurs, est possible de relever les accoudoir entre les sièges.

Le pitch, de 32 pouces (soit environ 81 centimètres), et identique dans toute la cabine (aussi bien en Business qu’en Economy) est correct.

La tablette est située au niveau de la structure du siège.

Une fois dépliée, la tablette s’ajuste à la convenance du passager.

L’action est permise par un bras articulé.

Un rangement dédié, par exemple, aux bouteilles d’eau est disponible sous celle-ci.

La classe Affaires dispose de coffres à bagages dédiés.

Pas d’IFE individuels sur l’appareil (contrairement aux avions de la famille A320) mais SWISS a fait le choix de permettre à tous les passagers de suivre la géovision sur des mini-écrans intégrés au plafonnier au dessus des sièges.

De petite taille, certes, mais suffisant !

La compagnie aérienne y diffuse également les campagnes publicitaires de ses partenaires.

De plus, les démonstrations des consignes de sécurité sont effectuées sur ces écrans finalement bien pratiques.

Démonstrations.

Enfin, les pictogrammes sont affichés à ce niveau. On y trouve par exemple celui relatif à l’interdiction de fumer à bord.

Le CSeries a également la particularité d’offrir de grands hublots.

Comme on peut s’y attendre, le cache-hublot est manuel.

Néanmoins, on en profite pour admirer la vue ! 😉

La prestation.

Le vol est court (moins d’une heure de vol) et la prestation servie aux clients de la cabine Business est adaptée en fonction de ce temps de vol réduit.

L’accueil est bord est effectué à l’aide d’une bouteille d’eau et d’une serviette humide.

L’offre consiste en un plateau unique servi dès l’altitude de croisière atteinte.

Malgré le temps de vol court, SWISS met un point d’honneur à servir du chaud sur ce vol. Ainsi, on peut profiter d’une quiche salée …

… et d’un croissant (tiède). Confiture et beurre sont également disposés sur le plateau pour les amateurs.

Indépendamment de l’heure bien matinale, il est également possible de se faire servir un verre de champagne, en plus des boissons chaudes et jus de rigueur. Il s’agit d’un acceptable Nicolas Feuillatte.

En toute logique, les couverts sont en métal.

Cependant, la prestation gagnerait à être agrémentée d’un produit laitier (fromage ou yaourt) et/ou d’un fruit.

Comme le veut la tradition, SWISS offre à ses passagers un chocolat avant la prise de congé. Celui-ci s’habille d’or pour la saison des fêtes !

Conclusion.

Au delà des caractéristiques techniques de l’appareil, c’est l’aménagement retenu par SWISS qui fait forte impression.

La cabine est épurée, élégante et donne vraiment envie de s’y installer.

L’équipementier ZIM fait de belles choses et le siège de la compagnie aérienne helvétique le prouve. Les finitions sont remarquables.

La livrée SWISS rend honneur au CSeries qui est, il faut le reconnaître, un bel avion.

La prestation proposée à bord sur ce vol matinal n’est pas inoubliable, c’est certain. Mais SWISS a le mérite de proposer du chaud sur un vol si court ! Saluons donc l’effort.

Tyler.

A propos de l'auteur

Tyler Birth

Tyler Birth est blogueur, consultant et accro aux programmes de fidélité des compagnies aériennes et des chaînes hôtelières. Il parcourt les quatre coins du globe, à raison d'une centaine de vols par an en classes "avant" afin de proposer à ses lecteurs des reportages axés sur le secteur du transport aérien et de l'hôtellerie haut de gamme et ainsi en présenter les nouveautés !

Publier un Commentaire

x