Que l’on s’intéresse de près ou de loin au secteur de l’aérien, on a tous entendu, au moins une fois, le nom d’Akbar Al Baker, le Président-directeur général du groupe Qatar Airways. À n’en pas douter, Son Excellence est connu pour son franc parlé et sa capacité à analyser, avec finesse, les problématiques de nos métiers. Fervent défenseur des intérêts de la compagnie aérienne qu’il dirige, porte-parole incontournable de son pays, Akbar Al Baker est un dirigeant comme il en existe aujourd’hui très peu. Ses prises de position, parfois critiquées, surtout par des partenaires fréquemment chahutés, ont le mérite de prouver un fait : les intérêts de Qatar Airways et des compagnies dont ils sont des actionnaires stratégiques passeront toujours avant le reste. Ainsi, que l’on apprécie ou non l’homme, il est difficile de remettre ne serait-ce qu’en question sa profonde habilité à gérer toutes les situations que Qatar Airways peut rencontrer. Nous avons eu le plaisir de rencontrer et d’échanger à de nombreuses reprises avec Son Excellence : l’homme, plein d’humour et de finesse, a à coeur la préservation du secteur de l’aérien et de ses métiers. Cette semaine, Akbar Al Baker était l’invité de FlightPlan interrogé par Aaron Heslehurst de la BBC, l’occasion pour le représentant de Qatar Airways de faire un point sur les multiples enjeux du moment.

Vous pouvez revivre l’interview de Son Excellence Akbar Al Baker en cliquant ici.

Al Baker à la présidence du Conseil d’Administration de oneworld.

Fin mai 2021, le Conseil d’Administration de l’alliance oneworld a nommé le Président-directeur général du groupe Qatar Airways au poste de Président. Ainsi, Son Excellence Akbar Al Baker a immédiatement succédé au Président sortant du Conseil d’Administration de l’alliance, Alan Joyce, Président-directeur général du groupe Qantas. En tant que Président du Conseil, le patron de Qatar Airways est amené à superviser la gouvernance de l’alliance, a présider les réunions du Conseil d’Administration de oneworld et a travailler en étroite collaboration avec le Président-directeur général de oneworld, Rob Gurney, ainsi qu’avec l’équipe de direction de l’alliance.

Interrogé par Aaron Heslehurst sur ses projets, Akbar Al Baker a réitéré ses ambitions pour oneworld. En effet, le nouveau Président du Conseil d’Administration de l’alliance a pour dessein non dissimulé de la hisser au sommet et ainsi distancer ses deux concurrentes que son Skyteam et Star Alliance

« Sous ma direction, nous n’accepterons rien d’autre que d’être numéro un ! » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways et Président du Conseil d’Administration de oneworld.

À cette fin, son objectif est d’accroître très prochainement le nombre de membres au sein de l’alliance et dynamiser la présence de la marque oneworld partout où il sera possible de le faire, à commencer par les compagnies aériennes membres.

« Je pense que les compagnies aériennes membres, à l’exception de Qatar Airways, ne mentionnent pas l’Alliance comme elle le mérite. Il est important que nous soyons agressifs et que les gens sachent que nous sommes les meilleurs. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways et Président du Conseil d’Administration de oneworld. 

Crédit : Qatar Airways

L’avenir de l’Airbus A380 chez Qatar Airways.

Si le sort de l’Airbus A380 semble avoir été réglé pour de nombreuses compagnies aériennes, Akbar Al Baker ne s’était exprimé, jusqu’à présent, qu’avec parcimonie sur la question. Désormais, pour le Président-directeur général du groupe Qatar Airways, la situation semble être plutôt claire. En effet, l’Airbus A380 n’aurait plus sa place dans un monde post-pandémique. En cause : la lente reprise à venir du transport aérien et l’existence de nouvelles problématiques environnementales. 

« L’activité ne va pas reprendre aussi vite, donc il n’y aura pas assez de passagers pour les remplir. Il y a aussi désormais la question environnementale. Les gens veulent des avions qui consomment peu de carburant et l’Airbus A380 ne correspond pas à ces nouvelles problématiques environnementales. C’est pourquoi Qatar Airways a immobilisé, dès le début de la crise, ses 10 Airbus A380. Si, à l’avenir, nous décidons de les remettre en service, je ne pense pas qu’il s’agira de plus de 5 appareils. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways

Crédit : Airbus

Ses relations avec les avionneurs : Airbus, Boeing et hypothétiques commandes cargo.

Fin mai 2021, Qatar Airways révélait publiquement les problèmes qu’elle rencontrait avec l’avionneur européen sur l’Airbus A350. Akbar Al Baker avait, à ce titre, affirmé que les problématiques soulevées par sa compagnie aérienne pourraient porter préjudice à Airbus, considérant qu’elles pourraient aisément être transposées auprès des autres compagnies aériennes dans lesquelles Qatar Airways détient une participation. 

Répondant aux questions de Aaron Heslehurst pour FlightPlan, le Président-directeur général de Qatar Airways a précisé, à ce sujet, que même s’il ne tenterait pas d’utiliser son influence sur ces compagnies aériennes en tant qu’actionnaire stratégique, ces dernières constateraient d’elles-même les potentiels inconvénients que cela pourrait générer sur leurs opérations respectives. 

« Quand ces compagnies savent que Qatar Airways a un problème, ça fait naturellement naître des interrogations chez elles. Elles veulent savoir quel est le problème que nous rencontrons car elles opèrent les mêmes avions. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways

Pour l’heure, Qatar Airways ne prendra livraison d’aucun avion Airbus tant que le problème ne sera pas résolu. Akbar Al Baker a également tenu à rappeler qu’il n’accepterait aucune tentative d’intimidation contre sa compagnie. 

« Ils ignorent le fait qu’il existe un problème grave. Ils essaient juste de traîner des pieds au lieu de résoudre efficacement le problème. » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways

OutreAtlantique, la situation semble être plus sereine.

En effet, Akbar Al Baker a rappelé que Qatar Airways était véritablement ravie  de remplacer ses Boeing 777-300ER par le nouvel appareil de l’avionneur américain : le Boeing 777X. Celui-ci devrait, à terme, constituer l’épine dorsale de sa flotte de gros-porteurs aux côtés des Airbus A350 et des Boeing 787.

Pour mémoire, Qatar Airways en a commandé 60 appareils de ce type en 2014 et envisage toujours de les recevoir malgré la « décision » de Boeing de reporter les premières livraisons.

Nouveauté s’il en était une, Son Excellence a soutenu que Qatar Airways pourrait également devenir le client de lancement de la version cargo de l’avion et espère pouvoir passer une commande d’ici le troisième trimestre de cette année.

Néanmoins, Al Baker a aussi précisé que sa compagnie aérienne envisageait toujours une commande d’Airbus A350 en version cargo … 

« … à la condition bien entendu que nos problèmes soient réglés d’ici là ! » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways.

Crédit : Capital

L’état du secteur et les problématiques étatiques.

Akbar Al Baker croit fermement que le secteur du transport aérien va rebondir et que la demande en voyage repartira à la hausse. Néanmoins, le Président-directeur général de Qatar Airways a reconnu que les voyages d’affaires prendront plus de temps à reprendre des couleurs en comparaison aux voyages d’agrément. En revanche, ce dernier constate que, pour sa compagnie aérienne du moins, les voyageurs loisirs comblent une partie de la baisse de la demande dans les classes premium.

« Nous avons 15 à 20 % d’occupants de plus dans notre cabine Business qu’avant la pandémie et nos rendements et nos prix sont plus élevés qu’avant la pandémie. Les gens veulent voyager et les gens sont prêts à payer pour le faire ! » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways

En revanche, là où le Président-directeur général de Qatar Airways n’est pas satisfait du tout, c’est au sujet de la gestion de la crise par les gouvernements. Ce dernier a tenu à réprimander ces gouvernements pour s’être éloignés de l’aviation en qualifiant cette démarche « d’erreur ».

« Les gouvernements ne se rendent pas compte qu’ils ne peuvent pas laisser cette industrie sombrer. Nous sommes tellement habitués à ce que cela fasse partie de nos vies, nous permettant de voyager, de commercer, de développer le tourisme et de livrer des gens partout sur la planète, que s’éloigner de l’aviation est une véritable erreur ! » – Akbar Al Baker, Président-directeur général du groupe Qatar Airways

Conclusion.

Pendant près d’une demie heure, Akbar Al Baker a brassé toutes les problématiques rencontrées par Qatar Airways, oneworld mais également le secteur du transport aérien.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Président-directeur général de la compagnie nationale du Qatar n’a rien perdu de sa verve ! 😉

Tyler.

x
BoardingArea