Consécutivement aux accidents mortels du vol JT610 de Lion Air (reliant Jakarta à l’île de Bangka) et du vol ET302 d’Ethiopian Airlines (reliant Addis Abeba à Nairobi) opérés tous deux en Boeing 737 MAX 8l’avion s’est retrouvé cloué au sol avec l’interdiction mondiale formelle de voler commercialement jusqu’à nouvel ordre.

Les premières conclusions de l’enquête du crash du vol Lion Air JT610 auraient démontré la défaillance du système anti-décrochage MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System, ndlr), également suspecté d’avoir causé la perte début mars d’un deuxième Boeing 737 MAX 8, appartement quant à lui à Ethiopian Airlines.

Il y a quelques heures, sans même attendre les résultats du rapport préliminaire concernant le second crash, la FAA retoquait les modifications proposées par Boeing, jugeant ces dernières insuffisantes.

Crédit : NC – Internet

Les premières conclusions du crash du vol 302 d’Ethiopian Airlines viennent de tomber et Boeing a tenu aujourd’hui à adresser officiellement depuis Chicago sa position sur le sujet.

« Je souhaite à nouveau adresser nos plus sincères condoléances aux familles et aux proches des personnes qui ont perdu la vie dans l’accident.

Nous remercions le bureau éthiopien en charge des enquêtes sur les accidents d’avion (AIB) pour son travail sans relâche et ses efforts constants. Il est indispensable de comprendre les circonstances qui ont contribué à cet accident pour assurer la sécurité aérienne. Nous allons examiner attentivement le rapport préliminaire de l’AIB, et prendrons toutes les mesures supplémentaires nécessaires pour améliorer la sécurité de nos avions. » –  Kevin McAllister, Président-Directeur Général de la division Aviation Commerciale (BCA).

Ainsi, l’avionneur américain rappelle dans un communiqué de presse que :

« La sécurité est une valeur fondamentale que partagent tous les employés de Boeing, et la sécurité de nos avions, des passagers et des équipages de nos clients demeure notre priorité absolue. Les experts techniques de Boeing continuent d’apporter leur assistance aux enquêteurs, et des équipes représentant l’ensemble du Groupe mettent tout en œuvre pour tirer les enseignements de l’accident du vol Lion Air 610 survenu en octobre.

Le rapport préliminaire contient des informations fournies par l’enregistreur des données de vol (FDR), selon lesquelles les données d’angle d’attaque transmises à l’avion par la sonde d’incidence étaient erronées, provoquant l’activation du système de contrôle automatisé de l’assiette de l’avion MCAS pendant le vol, comme ce fut le cas pendant le vol du Lion Air 610.

Pour que l’activation involontaire du système MCAS ne se reproduise plus, Boeing a mis au point et prévoit de mettre en œuvre une mise à jour du logiciel MCAS, ainsi qu’un programme d’instruction complet assorti d’une formation supplémentaire à l’attention des pilotes du 737 MAX.

Comme nous l’avons annoncé précédemment, la mise à jour apporte de nouvelles couches de protection et empêchera l’activation du MCAS par des données erronées. Les pilotes auront toujours la possibilité de neutraliser le MCAS et de reprendre manuellement les commandes de l’avion.

Boeing poursuit sa collaboration avec l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA) et d’autres autorités de réglementation du monde entier à propos du développement et de la certification de cette mise à jour logicielle, ainsi que de ce programme de formation.

Par ailleurs, Boeing continue de collaborer étroitement avec l’Agence américaine de sécurité des transports (NTSB) en tant que conseiller technique au service de l’enquête menée par l’AIB. En tant qu’intervenant apportant une assistance technique sous la direction des autorités en charge de l’enquête, Boeing n’est pas autorisé à communiquer à ce propos, conformément au protocole international et à la réglementation du NTSB. Selon le protocole international en vigueur, les informations relatives à l’enquête sont exclusivement publiées par les autorités responsables de l’enquête. »

En effet, le rapport préliminaire (qui contient les informations contenues dans l’enregistreur des données de vol) précise que les données d’angle d’attaque transmises par la sonde d’incidence étaient bel et bien erronées. Ces fausses données ont ainsi provoqué l’activation du système MCAS pendant que l’appareil poursuivait sa progression, à l’instar du vol de Lion Air fin 2018.

L’activation du système MCAS, qui n’avait donc pas lieu d’être, et l’impossibilité pour les pilotes de le désenclencher, ont conduit à la perte tragique de l’appareil d’Ethiopian Airlines et de ses occupants.

Boeing promet donc de poursuivre ses travaux de correction du système MCAS comme demandé par l’Administration fédérale américaine et de collaborer avec tous les autres organes administratifs mondiaux (Canada, Europe, Chine, …) afin de permettre la remise en service rapide du Boeing 737 MAX 8.

Crédit : CNN

Conclusion.

Les similitudes entre les deux accidents mortels sont donc avérées et Boeing a déjà entamé les travaux pour apporter les correctifs nécessaires au système défaillant.

Prochaine étape : la présentation à la FAA et aux autres autorités mondiales afin d’obtenir la certification de ces améliorations du logiciel MCAS.

D’ici là, les avions restent cloués au sol jusqu’à nouvel ordre !

Tyler.

x
BoardingArea