À l’instar de ses consoeurs européennes, Air France et KLM, les deux compagnies aériennes du groupe franco-néerlandais, sont véritablement impactées par les conséquences de la pandémie de coronavirus. Des mesures d’urgence viennent d’être décidées.

Crédit : Internet

Une réduction massive du programme de vol.

La baisse de la demande, indiscutablement liée aux restrictions mises en place par les gouvernements internationaux, a de lourdes conséquences sur l’économie du transport aérien. Comme d’autres compagnies aériennes de premier plan, Air France et KLM subissent de plein fouet cette diminution drastique de la demande.

Ainsi, dans un premier temps, le groupe Air France – KLM prévoit de réduire sa capacité de 70 à 90% au cours des prochaines semaines (cette dernière est mesurée par le nombre de sièges-kilomètres offerts). À l’heure actuelle, ces réductions sont prévues pour deux prochains mois mais celles-ci pourront être prolongées au besoin.

Par ailleurs, le groupe franco-néerlandais a mis en place des mesures d’urgence afin d’opérer de vitales économies et de gagner rapidement en trésorerie comme :

  • l’identification de nouvelles mesures d’économies afin de générer jusqu’à 200 millions d’euros en 2020 ;
  • la réduction des dépenses d’investissement évaluées à 350 millions d’euros ;
  • la consultation des représentants des salariés sur d’éventuelles mesures de réduction de la masse salariale ;
  • la souscription par Air France d’un crédit renouvelable d’un montant total de 1,1 milliard d’euros et par KLM pour un montant total de 665 millions d’euros (le groupe dispose désormais de plus de 6 milliards d’euros de trésorerie et équivalents de trésorerie).

En outre, Air France et KLM s’attendent à une baisse massive de leurs chiffres d’affaires.

Malgré l’ensemble de ces mesures, le groupe franco-néerlandais précise que ces dernières be seront pas suffisantes :

« La dégradation de l’environnement liée à l’épidémie et la forte réduction de son activité qui en découle aujourd’hui amènent le groupe à prévoir une trajectoire financière fortement dégradée par rapport aux perspectives présentées à l’occasion de la publication de ses résultats annuels. Le Groupe estime en effet que les baisses de revenus de l’activité passage découlant de la réduction des capacités ne seront compensées qu’à hauteur de 50% environ par la baisse des coûts variables avant mesures d’économie. »

Air France immobilise ses Airbus A380.

En juillet 2019, conformément à ce que nous indiquions depuis plusieurs mois, Air France a annoncé le retrait total des Airbus A380 de sa flotte à l’horizon 2022.

La compagnie tricolore a, depuis février 2020, entamé le retrait du super jumbo.

Depuis l’annonce du groupe Air FranceKLM liée aux mesures de gestion pendant la période de pandémie, la compagnie tricolore a décidé de clouer au sol ses Airbus A380.

 

 

Reste à savoir si, une fois la crise passée, Air France reprendra l’exploitation de ses célèbres quadrimoteurs.

KLM retire ses Boeing 747.

Autre mauvaise nouvelle pour les passionnés : KLM a fait le choix d’accélérer le retrait de ses Boeing 747. Ainsi, il a été annoncé que la compagnie néerlandaise du groupe retirerait les 10 Boeing 747 encore en flotte avant la fin du mois de mars 2020.

Initialement ce retrait définitif était prévu à l’horizon 2021.

 

 

Conclusion.

Air France et KLM, comme d’autres, sont désormais confrontées aux conséquences de la pandémie.

Du côté français, on décide de se séparer de l’Airbus A380 tandis que du côté néerlandais, on accélère le retrait du Boeing 747 : une bien mauvaises nouvelles pour les passionnés bien que mesurée en période de crise tant l’exploitation de ces appareils est onéreuse sans client.

Avec une baisse de la capacité pouvant aller jusqu’à 90% pendant les 2 prochains mois au minimum … les temps s’annoncent difficiles pour Air FranceKLM.

Tyler.

x
BoardingArea