Mi-mai, nous évoquions les mauvais résultats commerciaux de Boeing depuis le début de l’année et tout particulièrement en avril 2019. Plombé par l’arrêt des opérations de Jet Airways mais aussi et surtout par l’immobilisation de la flotte mondiale de Boeing 737 MAX 8 depuis le mois de mars, l’avionneur américain a vu son nombre de commandes et de livraisons chuter. Jusqu’à présent retoquées par la FAA, les modifications du système MCAS – en cause lors des deux crash des appareils de Lion Air et Ethiopian Airlines – seraient désormais achevées.

Réunis hier à Montréal, des représentants de l’administration américaine de l’aviation civile (FAA) auraient déclaré à des membres de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI), selon les informations reçues par Reuters, qu’ils s’attendaient à une remise en service des Boeing 737 MAX, aux États-Unis du moins, dès la fin du mois de juin 2019.

Nous vous parlions récemment de l’hypothétique mais prochaine sortie de crise de l’avionneur américain : celle-ci devient désormais palpable !

Crédit : AFP

Vers une remise en service imminente ?

Une réunion a été organisée jeudi au Canada afin de permettre aux représentants de la FAA et à ceux de Boeing d’informer le conseil d’administration de l’OACI quant aux efforts réalisés pour remettre en service l’appareil mis en cause dans deux accidents meurtriers. En parallèle de cette rencontre, le directeur de l’administration fédérale, Dan Elwell, rencontrait à Dallas des régulateurs des pays concernés par le Boeing 737 MAX afin de faire le point sur les modifications du logiciel apportées par l’avionneur et sur la formation des pilotes.

À noter que pour l’heure aucun calendrier précis n’a été établi par la FAA pour la remise en service du Boeing 737 MAX.

Par ailleurs, si les représentants de l’administration fédérale envisagent une remise en service fin juin aux États-Unis, il leur est impossible d’estimer la date à laquelle les autres pays autoriseront l’avion à voler de nouveau.

Indépendamment du fait que Boeing ait annoncé la semaine dernière avoir terminé les modifications relatives au système MCAS, celles-ci n’ont toujours pas été transmises à l’administration fédérale. En effet, l’avionneur n’a pas précisé la date à laquelle ce serait fait.

« Une fois que nous aurons transmis à la FAA les informations demandées, nous pourrons programmer un vol de certification et transmettre les derniers documents. » – Chaz Bickers, Directeur de la Communication de Boeing

Le patron de United : un véritable VRP du 737 MAX.

Il faut dire que la reprise des vols du 737 MAX serait un véritable soulagement non seulement pour United mais également pour American Airlines et Southwest, fortement pénalisées par cet arrêt des opérations. En effet, aux États-Unis mais aussi à travers le monde, certaines compagnies aériennes ont investi des milliards de dollars dans cet avion de dernière génération. L’intérêt à la reprise est donc important.

Crédit : Internet

Cependant, une fois que le Boeing 737 MAX sera de nouveau opérationnel, l’avionneur américain ainsi que les compagnies aériennes opératrices devront procéder à un véritable travail de reconquête afin de convaincre les passagers que leur sécurité à bord est assurée. Ce travail est nécessaire, non seulement parce que deux appareils ont été détruits lors de crash (engageant ainsi la vie de 356 voyageurs au total), mais aussi parce que tout le processus de certification de l’avion est désormais aussi remis en question. 

En effet, selon Boeing et la FAA, l’avion était sûr avant les terribles accidents mortels. Pourquoi le serait-il vraiment aujourd’hui ?

Le Président-directeur général de United a d’ores et déjà débuté le travail de reconquête. Ainsi, Oscar Munoz a annoncé hier son intention de prendre part au premier vol United du Boeing 737 MAX, une fois que ce dernier aura été remis en service.

Crédit : Fortune

Néanmoins, malgré ce geste fort en témoignage de sa confiance envers Boeing, le patron de United a également rassuré les passagers qui ont déjà acheté un billet pour un vol effectué en 737 MAX. En effet, la compagnie aérienne américaine fera preuve de flexibilité et autorisera les clients à modifier sans frais leur réservation existante. United démontre ainsi qu’elle comprend les angoisses potentielles de certains passagers et ne souhaitent pas les laisser dans l’embarras.

Une position incontournable, à mon avis.

Conclusion.

Le bout du tunnel est proche pour Boeing qui devrait voir son 737 MAX revoler quelques jours après le salon du Bourget.

Un vrai travail de communication devra être engagé afin de prouver que la sécurité est optimale et qu’aucune vie n’est désormais en jeu.

Mais le 737 MAX n’aura certainement plus le droit à l’erreur ! 😉

Tyler.

x
BoardingArea