Avec la crise du coronavirus, le secteur du transport aérien a été fortement sinistré. Les compagnies aériennes, confrontées à une baisse significative de la demande et aux limitations gouvernementales imposées, ont été contraintes d’adapter leur programme de vol en conséquence. Certains acteurs du transport aérien ont également du prendre de lourdes décisions quant à l’avenir de leur flotte. Précédemment, nous évoquions les décisions déjà actées par les compagnies. Ainsi, nous savons, par exemple, qu’Air France ne fera plus voler ses Airbus A380 ou que Delta Air Lines se passera de ses Boeing 777 avant la fin de l’année. Tournons-nous désormais vers celles qui sont encore aujourd’hui à l’étude !

Crédit : God Save The Points

Quel avenir pour quels avions ?

Certains acteurs du transport aérien ont d’ores et déjà procédé au retrait immédiat d’une sélection d’appareils de leur flotte. Néanmoins, toutes les compagnies aériennes n’ont pas encore officiellement communiqué la liste exhaustive des mesures qu’elles entendaient prendre à la suite de la crise sanitaire qui touche le monde. Entre rumeurs et bruits de couloirs, telle est la liste des avions qui pourraient, demain, ne plus voler !

Les Boeing 747 de British Airways.

British Airways compte pas moins de 30 Boeing 747-400 en flotte. Avec une moyenne d’âge de 23 ans, l’avion le plus vieux a récemment fêté ses 27 ans tandis que le plus jeune a été intégré il y a déjà 21 ans de cela.

Ainsi, il se murmure que la compagnie aérienne d’outre-Manche pourrait rapidement décider de mettre à un terme bien mérité à la carrière de cette sous flotte. Les avions seraient remplacés par les Airbus A350, actuellement en cours de livraison, et les Boeing 777X, déjà commandés.

Aucune confirmation n’est pour l’heure intervenue.

 

 

Les Airbus A380 d’Emirates.

Depuis novembre 2016, Emirates opère exclusivement des Boeing 777 et des Airbus A380 sur l’ensemble des destinations de son réseau, y compris sur les vols les plus courts. Cette décision a fait de la compagnie aérienne basée à Dubaï l’un des acteurs les plus performants du secteur.

Dès le début de ce dernier, Emirates a été un acteur moteur pour le programme A380 de l’avionneur européen. La flotte de la compagnie aérienne compte pas moins de 115 appareils dont la plupart sont actuellement stockés. Indépendamment de ceux déjà en service, Emirates dispose encore de plusieurs exemplaires dans les carnets de commande d’Airbus.

 

 

Néanmoins, il se pourrait qu’Emirates cherche, d’une part, à se passer de 46 de ses super jumbos à l’issu de la crise et, d’autre part, négocier avec l’avionneur européen un geste pour les avions encore en commande.

Là encore, aucune confirmation n’est intervenue.

Les Airbus A380 d’Etihad (ainsi que les futurs A350-1000).

La rumeur est très récente et n’a cessé d’enfler cette semaine : Etihad Airways pourrait mettre un terme anticipé à la carrière de ses Airbus A380 et ne pas prendre livraison de ses Airbus A350-1000.

Pour l’heure, ce ne sont que des bruits de couloirs et la compagnie aérienne, qui n’est certes pas en bonne santé sur le plan économique depuis des années maintenant, n’a bien entendu rien confirmé.

L’Airbus A380 d’Etihad étant cependant un véritable vaisseau amiral, avec des produits d’exception à bord (à l’instar de The Residence et même de la First Apartment), il me paraît aujourd’hui peu probable qu’une telle décision soit prise à la légère, du jour au lendemain.

 

 

Les Airbus A380 de Qantas.

La question est ici en suspens depuis plusieurs années maintenant : Qantas pourrait se passer de ses Airbus A380 et ainsi les remplacer par des machines moins coûteuses et plus performantes dont certaines sont déjà en commande.

Aucune certitude.

Les Airbus A380 de Qatar Airways.

La question est épineuse.

Chez Qatar Airways, on a l’habitude de n’offrir que le meilleur. C’est du moins la politique mise en place par le très charismatique Président-directeur général du groupe. Akbar Al Baker a, à plusieurs reprises, évoqué le retrait des Airbus A380 de la flotte. Dernièrement, celui-ci avait évoqué un départ à date anniversaire : les fameux 10 ans – pour les premiers à l’horizon 2024.

Mais le coronavirus a redistribué les cartes et Qatar Airways pourrait accélérer le retrait des Airbus A380 plus rapidement que prévu. Stockés pendant un court laps de temps, ces avions ont très vite pu reprendre du service.

 

 

Aujourd’hui, la compagnie aérienne basée à Doha compte 10 avions en flotte. Le plus âgé a 6 ans, le plus jeune à peine 2 ans.

À noter également qu’il s’agit du seul appareil à proposer un véritable produit de Première classe sur le réseau long courrier de la compagnie aérienne.

Les Boeing 757 et 767 de United.

American Airlines procèdera au retrait ce mois-ci de 17 Boeing 767-300ER. De plus, la compagnie aérienne américaine mettra notamment fin à l’exploitation de ses Boeing 757.

Ainsi, United pourrait suivre sa consoeur et se passer également des services de ces deux types avions.

Jusqu’à présent, en raison de la crise sanitaire internationale, une grande partie de la flotte de la compagnie américaine membre de Star Alliance a été stockée dans l’attente de la reprise de l’activité.

 

 

Conclusion.

Pour de nombreuses compagnies aériennes, la crise du coronavirus aura été l’occasion d’accélérer le départ de certains appareils moins performants.

La situation économique étant compliquée, le retour à la demande à un niveau d’avant-crise n’étant pas prévu avant 2023 selon les experts, l’exploitation de certains types avions, à l’instar de l’Airbus A380 ou du Boeing 747, a très rapidement été jugée superfétatoire.

La liste des avions présentée ci-dessus n’est pas exhaustive et ne comprend que les rumeurs et bruits de couloirs connus à ce jour. Il est tout à fait possible que la situation évolue en fonction de la reprise de la demande et des résultats opérationnels futurs des compagnies aériennes.

Tyler.

(HT : Simple Flying)

x
BoardingArea